NOUVELLES
08/12/2016 13:17 EST | Actualisé 09/12/2017 00:12 EST

Syrie: Washington tente de prévenir un affrontement Turcs et Kurdes

Les Etats-Unis tentent de prévenir un affrontement dans le nord de la Syrie entre les forces turques et les forces kurdes syriennes, ont indiqué jeudi des responsables américains.

"Nous avons facilité cette semaine des discussions communes avec la Turquie, les Forces démocratiques syriennes (FDS, coalition arabo-kurde syrienne) et d'autres partenaires de la coalition pour promouvoir une désescalade dans la région", a déclaré le colonel américain John Dorrian, un porte-parole militaire de la coalition contre l'EI.

Les Turcs et les Kurdes syriens sont deux alliés cruciaux de la coalition menée par Washington, mais leurs intérêts sont antagonistes.

Il y a déjà eu des échanges de tirs entre les deux forces.

"Nous essayons de faire en sorte (...) de maintenir un dialogue qui maintient tout le monde concentré sur la lutte contre l'EI", a déclaré le colonel Dorrian.

Les Turcs, entrés fin août dans le nord de la Syrie en soutien à des groupes rebelles syriens, menacent de se diriger vers Minbej, une ville tenue par la coalition arabo-kurde des Forces démocratique syriennes (FDS) soutenue par la coalition.

Les Etats-Unis observent avec inquiétude cette situation, alors que les FDS sont considérés comme un allié extrêmement précieux par les Etats-Unis.

"La plus grande inquiétude des FDS est que les Turcs menacent de les attaquer par derrière", a expliqué jeudi un responsable militaire américain.

"C'est ce qui les a fait hésiter à avancer" vers Raqa, a-t-il souligné.

Raqa est la capitale de facto de l'EI en Syrie, et le prochain grand objectif de la coalition dans le pays.

Les FDS ont lancé le 5 novembre l'offensive qui vise "isoler" Raqa. Mais l'assaut lui-même doit être confié à des forces arabes, selon la coalition.

Selon le colonel Dorrian, les FDS comptent désormais "45.000 combattants", dont "13.000 Arabes".

wat-lby/vog