NOUVELLES
08/12/2016 07:19 EST | Actualisé 09/12/2017 00:12 EST

Objectif Tokyo 2020 pour le Fransaskois Jean-Philippe Dufresne

Le nageur Jean-Philippe Dufresne a raté le chrono nécessaire pour se rendre cette année aux qualifications olympiques du 200 mètres dos par seulement 0,7 s. Il ne se laisse toutefois pas abattre et vise déjà une place dans l'équipe canadienne pour les Jeux olympiques d'été à Tokyo en 2020.

Le jeune athlète de 17 ans admet toutefois avoir encore énormément de travail à faire, notamment lors de ses passages sous l’eau.

« J'ai beaucoup de choses à améliorer dans les quatre prochaines années, précise-t-il. Présentement, je travaille beaucoup plus sur ma coulée. Elle est faible si je compare au niveau où je devrais être. »

« C'est vraiment réaliste, souligne l’entraîneur Abderrahmane Tissira en parlant des espoirs olympiques de son protégé. Il faut juste qu'il trouve le moyen de balancer les études universitaires et la vie d'un olympien qui est quand même de 30 heures d'entraînement par semaine. »

Mais pour atteindre les Olympiques, Dufresne devra d'abord éviter l'infirmerie.

« La raison pour laquelle j'ai choisi la natation, c'est parce que je ne suis pas un gars de contact, admet Jean-Philippe. J'ai les jambes un peu fragiles, surtout les genoux. J'ai souffert de trois dislocations dans les deux dernières années. »

« Malheureusement, je suis allergique aux anti-inflammatoires, poursuit-il. Ça a pris beaucoup de temps pour récupérer. Au lieu de prendre une semaine à désenfler ça pouvait, dans mon cas, prendre un mois. Ça ralentit mon entraînement. »

L’adolescent s’est donné des objectifs ambitieux pour sa première année du cycle olympique.

Il souhaite se tailler une place dans l’équipe nationale junior et il veut battre, avant d’avoir 18 ans en juin, le record junior saskatchewanais de 2:06,14 au 200 m dos. Le record canadien pour cette distance est 1:57,34 et le record olympique, 1:53,41.

À la croisée des chemins

L'heure est également aux grandes décisions pour le nageur qui doit décider quel maillot universitaire il défendra la saison prochaine.

Courtisé par l'Université d'Ottawa, celle de Regina, mais aussi par le prestigieux programme du Rouge et Or de l'Université Laval, Dufresne devra bientôt arrêter son choix.

Peu importe la décision qu’il prendra, ses performances en natation risquent bientôt de l'amener bien loin de la Saskatchewan.