NOUVELLES
08/12/2016 11:37 EST | Actualisé 09/12/2017 00:12 EST

Musique, danse et robe de mariée pour oublier l'EI près de Mossoul

Des danses, des chants, une robe de mariée avec de la dentelle: des déplacés qui ont fui la brutalité du groupe Etat islamique (EI) à Mossoul en Irak ont célébré avec faste le mariage de deux d'entre eux en défi aux jihadistes.

"A Mossoul, je n'aurais jamais pu faire ça", confie le marié, Jassem Mohammad, 35 ans. Arrivé il y a cinq jours dans le camp de déplacés de Hassan Sham, à l'est de Mossoul, il confie ne pas avoir voulu "attendre plus longtemps pour se marier".

"Nous sommes très très heureux. Tout le monde dans le camp est heureux", dit Jassem en arborant fièrement un costume et une cravate. La mariée porte une robe blanche avec un bustier en dentelles, un diadème et serre dans ses mains un bouquet de roses rouges.

A Mossoul, deuxième ville d'Irak devenue la place forte de l'EI, les jihadistes avaient interdit aux mariées de porter des robes blanches et à leur époux d'arborer une cravate ou un costume. Célébrer un mariage avec de la musique, des danses ou une fête était strictement prohibé.

"Tout à Mossoul était sombre. Il n'y avait ni musique ni youyous pour les mariages. C'est comme si nous vivions dans un autre pays", se souvient Khaled Mahmoud Mohammed, 43 ans, un des invités à la noce et lui-même déplacé.

Les forces irakiennes ont lancé le 17 octobre une vaste offensive pour chasser l'EI de Mossoul. Des dizaines de milliers de personnes ont fui la ville et ses alentours en raison des combats.

Agée de 19 ans, la soeur de Jassem, Sabah, se réjouit de pouvoir célébrer le mariage de son frère comme il se doit mais regrette que de nombreux membres de la famille soient toujours bloqués à Mossoul où l'EI contrôle encore un grand nombre de quartiers.

La fondation caritative Barzani a organisé le mariage de ce couple de déplacés, leur fournissant des habits, un coiffeur et leur offrant deux nuits dans un hôtel d'Erbil, au Kurdistan irakien, selon un de ses responsables Najm Eddin Mohammad.

Après ces deux nuits de lune de miel, le couple devra toutefois revenir dans le camp de déplacés mais ils auront "une nouvelle tente avec un nouveau lit et du chauffage", explique M. Mohammad.

Selon les Nations unies, 82.000 personnes ont dû fuir leur foyer en raison de la bataille pour Mossoul.

smm/rd/hkb/iw/vl