NOUVELLES
08/12/2016 03:12 EST | Actualisé 09/12/2017 00:12 EST

Le parlement sud-coréen lance une procédure de destitution contre la présidente

SÉOUL, Corée, République de — Le parlement sud-coréen a entamé jeudi une procédure de destitution contre la présidente Park Geun-hye.

Les députés pourraient maintenant voter dès vendredi sur la suspension de ses pouvoirs dans le cadre d'un gigantesque scandale politique.

La motion devra être appuyée par les deux tiers des 300 députés du parlement, où l'opposition et des députés indépendants opposés à Mme Park occupent 172 sièges. Ils pourraient toutefois compter sur l'appui de suffisamment de dissidents du parti au pouvoir pour l'emporter, selon certains observateurs.

Si la motion est adoptée, la Cour constitutionnelle disposera de 180 jours pour décider si elle met officiellement fin ou non à la présidence de Mme Park. Pendant cette période, Mme Park serait suspendue en tant que présidente et ses pouvoirs temporairement transférés au premier ministre en attendant la décision du tribunal.

Les procureurs soupçonnent Mme Park d'avoir fermé les yeux sur les activités criminelles d'une collaboratrice de longue date, Choi Soon-sil. La presse sud-coréenne rapporte que la femme de 60 ans tirait les ficelles en coulisses et qu'elle a incité des entreprises à donner des millions de dollars à deux fondations qu'elle contrôle. Elle aurait ensuite utilisé ces fonds à des fins personnelles et pour préparer la retraite de Mme Park.

Mme Park, qui dispose d'une immunité en tant que présidente, a refusé de rencontrer les procureurs.

Mme Park a reconnu que Choi Soon-sil a édité certains de ses discours et fourni une aide au chapitre des relations publiques, même si elle ne détenait aucun poste gouvernemental. Les médias sud-coréens spéculent que Mme Choi aurait eu accès à des informations confidentielles et joué un rôle beaucoup plus important au sein du gouvernement.

Mme Park nie toute implication dans les activités criminelles de Mme Choi.

Mme Choi est la fille de feu Chae Tae-min, le leader d'un culte religieux qui aurait pris Mme Park sous son aile après l'assassinat de sa mère en 1974. Le père de Mme Park, l'ancien dictateur Park Chung-hee, a quant à lui été assassiné en 1979. Mme Park a reconnu que Mme Choi est une amie qui l'a aidée dans le passé.