NOUVELLES
08/12/2016 17:57 EST | Actualisé 09/12/2017 00:12 EST

Japon: redémarrage d'un réacteur après deux mois d' arrêt pour maintenance

Un réacteur nucléaire qui avait été arrêté en octobre au Japon pour maintenance de routine a redémarré, portant à trois le nombre total d'installations en service dans l'archipel, a-t-on appris vendredi auprès de la compagnie Kyushu Electric Power.

L'unité Sendai 1, située sur l'île de Kyushu (sud-ouest), avait initialement été réactivée durant l'été 2015, première à l'être dans le pays après une longue interruption due à la catastrophe de Fukushima.

L'entrée en exploitation commerciale est prévue début janvier, selon un porte-parole du groupe interrogé par l'AFP.

Après Sendai 1, la deuxième tranche du même site, Sendai 2, sera stoppée le 16 décembre, également pour l'entretien régulier.

Les réacteurs nucléaires japonais doivent être mis à l'arrêt pendant plusieurs semaines après environ 13 mois de fonctionnement afin d'effectuer la maintenance et de renouveler les assemblages de combustible.

Kyushu Electric Power a en outre réalisé des examens plus poussés, qui sont toujours en cours, a indiqué la compagnie, comme elle s'y était engagée auprès du gouverneur de la région pour vérifier la capacité des installations face aux risques de catastrophe naturelle.

L'élu, Satoshi Mitazono, avait exigé plus de garanties de sûreté après les violents séismes qui ont touché Kyushu en avril. Il avait même demandé l'arrêt des réacteurs pour procéder aux inspections nécessaires, une requête rejetée par la compagnie.

Sur un parc de 42 unités (contre 54 avant l'accident de Fukushima en mars 2011), il n'y a actuellement que trois réacteurs opérationnels dans l'archipel (Sendai 1 et 2, Ikata 3).

Depuis le drame de Fukushima et le durcissement des normes, le Japon ne parvient pas à remettre en service ses réacteurs dans les proportions souhaitées par le Premier ministre Shinzo Abe.

Le gouvernement se heurte parfois aux réticences des élus locaux et surtout à l'opposition des écologistes, qui n'hésitent pas à faire appel à la justice pour entraver le processus, jugeant que les leçons de Fukushima n'ont pas été tirées.

Tous les réacteurs nucléaires du Japon sont situés en bord de mer et en zone sismique.

mis-anb/uh/juf