NOUVELLES
07/12/2016 21:43 EST | Actualisé 08/12/2017 00:12 EST

Difficile enquête sur les causes du crash au Pakistan

Les autorités pakistanaises enquêtaient jeudi sur les causes du crash d'un avion de ligne la veille dans une zone difficile d'accès du nord du pays, et tentaient d'identifier les corps des 48 victimes.

L'avion, un ATR-42 de la compagnie nationale Pakistan International Airlines (PIA) qui reliait la région montagneuse touristique de Chitral (nord) à la capitale Islamabad, a heurté de plein fouet un pan de colline en fin d'après-midi mercredi et s'est embrasé aussitôt. L'impact a pulvérisé l'appareil, ne laissant aucune chance de survie aux passagers, ont constaté des journalistes de l'AFP sur place.

Tous les 48 passagers et membres d'équipage, parmi lesquels figuraient deux Autrichiens et un Chinois, sont décédés.

Les corps, carbonisés et méconnaissables, ont été récupérés par les équipes de secours et par des villageois locaux, puis transportés dans la nuit vers l'hôpital de la ville la plus proche, Abbottabad, dans la province du Khyber Pakhtunkhwa (nord-ouest).

Six d'entre eux ont déjà pu être identifiés grâce à leurs empreintes digitales, les autres le seront par des analyses ADN, a indiqué un responsable de l'hôpital Ayub à Abbottabad, Ali Baz.

Les corps doivent être rapatriés par hélicoptère dans la matinée vers la capitale Islamabad où les échantillons ADN prélevés seront analysés, selon un autre cadre de cet hôpital, Muhammad Abbas.

"Aucun corps n'était intact, on a rassemblé ce qui pouvait l'être", a-t-il déclaré à l'AFP.

Des cercueils ont été apportés tôt jeudi à la morgue d'Abbottabad, à l'entrée de laquelle la liste des victimes identifiées était affichée sur un mur, a constaté l'AFP.

Les causes de l'accident demeurent pour le moment inconnues.

"Une équipe d'enquêteurs est arrivée sur le site mais pour le moment je n'ai pas d'information sur la boîte noire", a indiqué Pervez George, un porte-parole de l'Autorité de l'aviation civile pakistanaise.

L'armée, qui a participé aux opérations de secours, était également déployée en force autour du lieu du crash, à flanc de colline non loin de la localité de Havelian, a constaté l'AFP.

Le site se trouve dans une zone reculée non loin de la localité de Havelian, dans le district d'Abbottabad, et les secours ont peiné à l'atteindre dans les heures suivant le drame.

- 'Contrôlé en octobre' -

Le président de PIA, Azam Saigol, a indiqué lors d'une conférence de presse tard mercredi que l'avion avait amorcé sa descente une minute après avoir émis un appel de détresse en raison d'un problème à l'un de ses moteurs.

"Cet avion était techniquement solide et avait été contrôlé en octobre", a-t-il cependant assuré, ajoutant que le capitaine avait plus de 12.000 heures de vol à son actif.

Le ministère des Affaires étrangères à Vienne a confirmé le décès de deux Autrichiens. Un média d'Etat chinois a annoncé la mort d'un ressortissant chinois.

Le célèbre chanteur de pop pakistanais devenu prêcheur musulman Junaid Jamshed était également à bord du vol avec sa famille.

Les débris de l'appareil et des fragments de vêtements et d'objets personnels des passagers s'étalaient sur plusieurs centaines de mètres dans une zone escarpée de la province du Khyber Pakhtunkhwa.

Les villageois et secouristes locaux ont été les premiers à arriver sur les lieux du drame, rassemblant des restes humains à la main, éclairés avec de simples lampes torches une fois la nuit tombée.

"Les corps étaient si brûlés que nous ne pouvions pas voir s'il s'agissait d'hommes ou de femmes", a déclaré un de ces villageois à l'AFP.

"Nous avons mis dans des sacs tout ce que nous pouvions trouver", a ajouté cet homme d'une trentaine d'années, qui n'a pas souhaité être nommé.

ga/cnp/ahe/cr