NOUVELLES
08/12/2016 17:37 EST | Actualisé 09/12/2017 00:12 EST

Corée du Sud: un chiot, un gigolo et du grand spectacle devant la commission d'enquête

Les téléspectateurs sud-coréens sont tenus en haleine par l'enquête d'une commission parlementaire sur un vaste scandale politique, fascinés par un casting mouvant mettant en scène des riches capitaines d'industrie, des députés qui ne s'en laissent pas compter et un gigolo héroïque.

En même temps qu'ils regardent chaque jour leur série dramatique, certains Sud-Coréens vont plus loin et adressent des sms à la commission parlementaire pour l'aider dans ses travaux, lesquels doivent durer deux mois.

La commission cherche à aller au fond du scandale de corruption qui a précipité dans les rues des millions de manifestants exigeant le départ de la présidente Park Geun-Hye, menacée de destitution. Elle est accusée de complicité avec son amie Choi Soon-Il, au centre de toute l'affaire, qui attend d'être jugée pour extorsion et abus de pouvoir.

Les auditions de la commission se sont parfois révélées haletantes, en particulier lorsque des députés pugnaces ont bombardé de questions gênantes les plus grands patrons du pays.

Il y a eu des joutes verbales mémorables, comme quand un député a explosé face à l'ex-chef de cabinet de Mme Park, Kim Ki-Choon, qui ne cessait de répéter qu'il ignorait jusqu'à l'existence de Mme Choi.

"Après votre mort Kim Ki-Choon, vous ne pourrez pas aller au paradis. Vous devez vous repentir de tant de choses!", a lancé le député.

Mais c'est un jeune styliste, au passé quelque peu obscur d'"escort", qui est devenu le clou du spectacle en témoignant sur la vie personnelle de Mme Choi et son emprise sur la présidente.

- L'ami délaissé -

La plupart des patrons et des hauts responsables gouvernementaux convoqués sont restés aussi peu diserts que possible, et Koh Young-Tae s'est fait remarquer avec son témoignage candide.

Il a raconté comment la confidente de l'ombre traitait l'ancien vice-ministre des Sports Kim Chong comme son "assistant personnel", comment des vêtements qu'il avait donnés à Mme Choi finissaient dans la garde-robe présidentielle.

Selon la presse, le styliste de 40 ans, ancien escrimeur et médaillé d'or aux Jeux asiatiques, officiait parfois comme gigolo au moment de sa rencontre avec Mme Choi.

Il a démenti toute relation sentimentale avec son aînée de 20 ans mais a reconnu qu'ils étaient proches au point qu'elle lui rendait souvent visite chez lui -- jusqu'à ce qu'un chiot fasse tout voler en éclats.

"En 2014, Mme Choi m'a demandé de m'occuper du chiot de sa fille. Elle est venue chez moi alors que je l'avais laissé seul à la maison pour aller jouer au golf".

"Elle était fâchée que j'ai laissé le chien alors on a eu une énorme dispute" qui leur a coûté leur relation, a-t-il poursuivi.

Cette querelle semble aujourd'hui être l'élément moteur de la révélation du scandale car un M. Koh mécontent s'est répandu auprès de journalistes sur l'influence de Mme Choi sur Mme Park.

M. Koh a été salué comme un "héros" par des internautes. Un député a évoqué l'homme qui a "ouvert la boîte de Pandore".

- Opportunités commerciales -

"Quelle qu'ait été votre motivation, ces auditions n'auraient pas pu avoir lieu sans vous", a dit le député.

Le témoin le plus "gradé" à avoir été convoqué est pour l'instant Lee Jae-Yong, héritier présomptif du premier conglomérat sud-coréen, Samsung.

Son témoignage sur les "donations" faites par les groupes industriels à deux fondations douteuses contrôlées par Mme Choi était très attendu, mais nombre de téléspectateurs ont été plus fascinés par sa bouche que ses propos.

Tandis qu'il était pressé de questions, on pouvait voir un M. Lee mal à son aise appliquer subrepticement de temps à autre du baume à lèvres.

Certains opportunistes se sont précipités sur internet pour vendre le produit de fabrication américaine, le baptisant "Baume Lee Jae-Yong".

Tous ne se sont pas laissés distraire aussi facilement.

Un groupe de discussion en ligne a eu un rôle essentiel pour démentir les affirmations de l'ancien directeur de cabinet de la présidente sur le fait qu'il n'avait jamais entendu parler de Mme Choi.

Un participant a dégoté de vieilles images télévisées le montrant avec Mme Park lors d'un débat public en 2007. Des membres du panel interrogeaient cette dernière sur sa relation avec Mme Choi.

Elles ont été diffusées devant la commission. Visiblement sous le choc, M. Kim a dû altérer son témoignage, invoquant "son grand âge".

jhw/gh/ev/mf

SAMSUNG ELECTRONICS