NOUVELLES
07/12/2016 12:34 EST | Actualisé 08/12/2017 00:12 EST

Wall Street finit en nette hausse et signe des records

Wall Street a nettement monté mercredi, l'influence positive des places européennes lui donnant assez d'élan pour battre de nouveaux records malgré une actualité économique américaine limitée: le Dow Jones a gagné 1,55% à un niveau jamais vu et le Nasdaq 1,14%.

Selon les résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a pris 297,84 points à 19.549,62 points, terminant pour la troisième séance consécutive à un record, et le Nasdaq, à dominante technologique, 60,76 points à 5.393,76 points. L'indice élargi S&P 500 a avancé de 29,12 points, soit 1,32%, à 2.241,35 points, un niveau jamais atteint.

La Bourse a enregistré une première moitié de séance hésitante, les indices restant proches de l'équilibre, avant d'accélérer lors des dernières heures.

"C'est lié à l'idée largement répandue que la Banque centrale européenne (BCE) va prolonger son programme de rachats d'actifs" à l'occasion de sa décision de jeudi, a avancé Jack Ablin, de BMO Private Bank.

De fait, Wall Street a peu à peu semblé se laisser gagner par un mouvement imprimé depuis le début de la séance par les grandes places européennes, qui ont signé de franches hausses dans l'idée que l'institution de Francfort va annoncer le maintien à plus longue échéance de son soutien déjà marqué à l'économie.

"En ce moment, la BCE a plus d'influence sur le S&P 500 que la Réserve fédérale (Fed)", les investisseurs s'attendant à l'inverse à ce que la banque centrale américaine resserre sa politique la semaine prochaine, a insisté M. Ablin.

Wall Street a d'autant plus été exposée à l'international que l'actualité économique américaine est restée légère jeudi.

Pour Peter Cardillo, économiste en chef chez First Standard Financial, Wall Street restait portée par "l'enthousiasme" sensible depuis l'élection inattendue du républicain Donald Trump à la présidence américaine, voici presque un mois.

Enfin, les indices étaient sujets à des mouvements instables du fait d'éléments saisonniers liés à la fin de l'année à l'approche des bilans comptables.

"Le calendrier joue tout autant que le reste sur la direction de la Bourse", a assuré Michael James, de Wedbush Securities, expliquant que certains fonds passaient à l'achat au dernier moment dans un contexte "d'anxiété sur leurs performances".

Le marché obligataire avançait. Vers 21H20 GMT, le rendement des bons du Trésor à 10 ans baissait à 2,347% contre 2,389% mardi soir, et celui des bons à 30 ans à 3,031% contre 3,078% précédemment.

jdy/jld/bdx