NOUVELLES
07/12/2016 08:57 EST | Actualisé 08/12/2017 00:12 EST

USA: Dylann Roof a soigneusement préparé son "attaque raciste" (procureur)

Dylann Roof a minutieusement préparé la tuerie qu'il a perpétrée en 2015 dans une église noire de Caroline du Sud, en espérant que cette "attaque raciste" déclencherait une guerre raciale, a affirmé mercredi le procureur au procès du jeune homme.

"Sa haine, son racisme ne sortiront pas vainqueurs de cette salle d'audience", a lancé Jay Richardson, le représentant du ministère public, selon un compte-rendu d'audience du journal Post and Courier.

M. Richardson a relaté que l'accusé de 22 ans avait préparé des mois en avance son attentat dans la ville de Charleston, la pire tuerie raciste de l'histoire américaine récente, en effectuant plusieurs visites à l'Emanuel African Methodist Episcopal Church, où il a tué de sang froid neuf paroissiens.

Dylann Roof s'était préalablement renseigné sur les horaires des offices religieux et avait emmagasiné des munitions destinées à son attaque.

Le 17 juin 2015, il a préparé son calibre .45 de marque Glock et plusieurs chargeurs remplis d'un total de 88 balles, avant de rouler 90 minutes jusqu'à Charleston.

Dans l'église de l'Emanuel, il a calmement prétendu participer à une séance d'étude de la Bible, avant d'ouvrir le feu sur les fidèles réunis.

"Il a appuyé sur la détente du Glock plus de 70 fois", a affirmé le procureur Richardson, en confirmant qu'il allait requérir la peine de mort pour cette "attaque raciste".

"Il a choisi d'exécuter neuf hommes et femmes innocents", a-t-il dénoncé, "en raison de sa haine endurcie de la couleur de leur peau".

"Il espérait envoyer un message pour que d'autres Blancs se lèvent et passent à l'action", a-t-il ajouté.

Habillé d'une combinaison rayée de prisonnier, Dylann Roof a écouté sans réaction notable cet exposé du procureur.

Jay Richardson a décrit l'idéologie raciste de l'accusé, convaincu de la supériorité de la race blanche, ce qu'a confirmé un journal où il confiait son espoir qu'éclate une guerre raciale.

Dans ses affaires personnelles ont été retrouvées des croix gammées et d'autres références nazies, comme le nombre 88 faisant allusion à la lettre H de "Heil Hitler".

Dylann Roof a confirmé par écrit qu'il plaidait "non coupable" de ces crimes. Il a prévu d'assurer en partie lui-même sa défense lors des débats.

En attendant qu'il s'exprime, son avocat David Bruck a pris la parole, sans nier les faits reprochés.

"La question n'est pas seulement de savoir si Dylann Roof a commis ces crimes, mais de savoir qui il est. Pourquoi l'a-t-il fait? D'où vient-il?", a-t-il insisté.

Lors de ce procès fédéral, le jeune homme sera jugé par un jury qui a été installé mercredi, au terme d'un long processus de sélection. Il est composé de dix femmes --huit Blanches et deux Noires-- et deux hommes --un Blanc et un Noir.

La fusillade dont répond Dylann Roof avait d'autant plus choqué l'opinion publique nationale et internationale qu'elle avait ensanglanté le 17 juin 2015 une église symbole de la lutte des Noirs contre l'esclavage.

Pour Dylann Roof, la principale question qui se pose désormais est de savoir s'il sera condamné à la prison à vie ou à la peine capitale.

Son procès devant la justice fédérale pourrait durer jusqu'à début 2017. L'Etat de Caroline du Sud le jugera aussi, lors d'un procès distinct. A chaque session sera requise la peine de mort.

bur-seb/faa