POLITIQUE
07/12/2016 05:30 EST

Justin Trudeau moqué pour ses absences à la période de questions (VIDÉO)

«C’est super de voir le premier ministre! Et je me sens choyé, parce que je n’ai pas dû payer 1500$ pour rentrer ici!»

OTTAWA – Les nombreuses absences de Justin Trudeau à la période de questions ont été l’objet de railleries, mercredi.

Après avoir été absent lundi et mardi, en raison de conflits d’horaire, le premier ministre était de retour à la Chambre des communes pour répondre aux questions des chefs des partis d’opposition.

LIRE AUSSI : Trudeau cumule plus d'absences que de présences pour sa première année

« C’est super de voir le premier ministre! Et je me sens choyé, parce que je n’ai pas dû payer 1500$ pour rentrer ici! » a lancé le chef du NPD, Thomas Mulcair, avant d’enchaîner avec une question sur les soirées de financement controversées du Parti libéral du Canada.

Le chef néodémocrate a ensuite accusé Trudeau de ne pas tenir ses promesses et de se montrer « parfaitement à l’aise » de briser sa parole.

« Ma question au premier ministre est très simple : pense-t-il qu’il est important d’assister à la période des questions? », a-t-il enchaîné.

Trudeau a réitéré qu’en tant que premier ministre, il avait « énormément » de responsabilités, dont celle d’être présent à la Chambre des communes pour entendre et répondre aux questions. Mais il a aussi fait valoir qu’il était important pour lui d’aller sur le terrain, à la rencontre des citoyens.

« Mais je suis aussi très content d’avoir un conseil des ministres extrêmement fort, qui est là pour répondre aux questions sur leurs dossiers et je suis aussi très fier du fait que je suis continuellement engagé avec les Canadiens à travers le pays pour écouter leurs préoccupations, pour travailler avec eux, pour bâtir un avenir plus fort. »

« Ouais, du codage avec Shopify », a ironisé Mulcair, en faisant référence à l’événement de lundi où Trudeau est allé assister à un atelier d’informatique avec des étudiants de l’école secondaire.

Ambrose interpelle le PM

Un peu plus tard, la chef par intérim du Parti conservateur du Canada s’est levée pour fustiger le gouvernement sur sa décision de fermer un centre de traitement en immigration qui coûtera 280 emplois dans la petite communauté de Vegreville, en Alberta.

La députée conservatrice de la région, Sharon Stubbs, se bat becs et ongles depuis des jours pour que le gouvernement fédéral renverse cette décision qui sera désastreuse pour cette ville de quelque 5800 habitants.

« Considérant que nous ne reverrons probablement pas [le premier ministre avant le conge des Fêtes], la moindre des choses serait de respecter les Albertains, respecter ce membre du Parlement et se lever pour répondre à sa question », a martelé Rona Ambrose.

Elle s’est ensuite fait rappeler à l’ordre par le président de la Chambre, qui lui a demandé de ne pas mentionner les absences ou les présences des membres du Parlement, dont le premier ministre.

Absences remarquées

Le Huffington Post Québec révélait plus tôt cette semaine que Trudeau avait accumulé plus d’absences que de présences à la période de questions pendant sa première année en poste.

Le chef libéral a raté 69 des 118 sessions entre le 7 décembre 2015 et le 3 décembre 2016 – soit 58 pour cent du temps. C’est bien plus que le bilan affiché par l’ancien premier ministre Stephen Harper pendant sa première année à la tête d’un gouvernement majoritaire.

Harper était absent lors de 60 périodes de questions sur 130 – soit 46 pour cent du temps – entre le 6 juin 2011 et le 1er juin 2012.

Mardi, la leader parlementaire des conservateurs, Candice Bergen, a offert au gouvernement de déplacer la période de questions pour s’ajuster à l’horaire de Trudeau avant le congé des Fêtes. Le NPD a indiqué être d’accord avec cette motion.

Mais Sabrina Atwal, l’attachée de presse de la leader parlementaire des libéraux, a répondu qu’il serait « irrespectueux » de changer l’horaire de tous les députés pour accommoder une seule personne.

Avec des informations d'Althia Raj.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Ces députés sont d'anciens journalistes (2016) Voyez les images