NOUVELLES
07/12/2016 06:52 EST | Actualisé 08/12/2017 00:12 EST

Syrie: un soldat turc tué dans une attaque à la voiture piégée (armée)

Un soldat turc a été tué et six blessés mercredi dans une attaque à la voiture piégée dans le nord de la Syrie, où Ankara appuie une offensive des rebelles syriens contre l'EI, a rapporté l'état-major turc.

L'attaque s'est produite mercredi matin dans la région d'Al-Bab, ville que les rebelles syriens appuyés par la Turquie tentent d'enlever au groupe Etat islamique (EI) depuis plusieurs semaines, a précisé l'état-major dans un communiqué.

Un précédent bilan fourni par les médias turcs faisait état de deux soldats turcs tués.

Par ailleurs, "23 membres de l'organisation terroriste Daech (acronyme arabe de l'EI)" ont été tués dans des bombardements de l'aviation turque, a indiqué l'armée turque. Le bilan ne pouvait être confirmé de source indépendante dans l'immédiat.

La Turquie a lancé, en août dernier, une offensive sans précédent dans le nord de la Syrie pour repousser l'EI et les milices kurdes vers le sud.

Après avoir aidé les rebelles syriens à chasser l'EI de plusieurs localités du nord de la Syrie, notamment Jarablous, Al-Rai et Dabiq, Ankara a dirigé ses forces vers Al-Bab, un bastion des jihadistes situé à quelque 25 km de la frontière turco-syrienne.

Ces derniers semblent y opposer une résistance plus farouche et la campagne turque, dont la progression avait jusque-là été rapide, semble s'enliser.

Le mois dernier, quatre soldats turcs ont été tués dans la région d'Al-Bab par une frappe aérienne imputée par Ankara au régime syrien. Moscou a démenti toute implication de ses forces et de celles de Damas dans le bombardement.

Et l'état-major turc a annoncé la semaine dernière avoir perdu tout contact avec deux de ses militaires dans le nord de la Syrie, dont l'EI a revendiqué l'enlèvement via l'agence de presse Amaq, affiliée aux jihadistes.

Le rapt n'a pas pu être confirmé de manière indépendante et les autorités turques n'ont depuis donné aucune nouvelle des deux soldats.

Après Al-Bab, les rebelles syriens soutenus par la Turquie se dirigeront vers Minbej, ville où se trouvent les milices kurdes YPG, a annoncé le mois dernier le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Les Etats-Unis appuient, au grand dam d'Ankara, ces milices kurdes qu'ils considèrent comme une force locale efficace pour combattre l'EI.

gkg/lb