NOUVELLES
07/12/2016 09:41 EST | Actualisé 07/12/2016 09:41 EST

La Sûreté du Québec reste à Lac-Simon, insiste son porte-parole

À Lac-Simon, il est « hors de question qu'il y ait un retrait unilatéral de la Sûreté du Québec », affirme le capitaine Guy Lapointe, porte-parole de la Sûreté du Québec. À l'instar du ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, le capitaine Lapointe dément formellement l'information ayant circulé à l'effet que la SQ ait l'intention de se retirer de Lac-Simon suite à des propos tenus par la chef de la communauté.

« Il n'est pas question d'un retrait unilatéral »

« Nous croyons toujours que la desserte par la Sûreté du Québec est une solution temporaire et qu'il est souhaitable que le Service de police Lac-Simon retrouve son autonomie. Maintenant, il n'est pas question d'un retrait unilatéral. Ce sont des discussions qui sont en cours à différents niveaux et la Sûreté du Québec ne compte pas se retirer sans avoir la confirmation du chef de police de Lac-Simon qu'ils sont en mesure d'assurer la desserte », a précisé Guy Lapointe sur les ondes de l'émission Des matins en or.

«Il n'est aucunement question de mettre en péril la sécurité de la population.» – Guy Lapointe

Il vient ainsi contredire des sources crédibles, sur le terrain, qui avaient affirmé que des ordres avaient été donnés à l'effet du retrait des policiers de la SQ du territoire de Lac-Simon dès mercredi matin.

Même son de cloche du côté du ministre de la Sécurité publique

Martin Coiteux, ministre de la Sécurité publique et de l'Occupation du territoire, a aussi nié un retrait à court terme des agents de la Sûreté du Québec à Lac-Simon. Il rappelle lui aussi que des discussions sont en cours pour un retrait graduel des policiers de la SQ, qui prêtent main-forte au corps de police de la communauté depuis la mort en service du policier Thierry LeRoux dans la communauté.

Selon une entente du ministère avec la Commission de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail, il doit y avoir quatre patrouilleurs en tout temps à Lac-Simon, ce qui explique la présence fréquente de policiers de la SQ.

En entrevue à l'émission Des matins en or, il a rappelé que son ministère avait la responsabilité d'assurer la sécurité sur l'ensemble du territoire québécois et que les policiers de la SQ se retireront lorsque le corps de police aura les effectifs nécessaires pour répondre à ces exigences.

« Non, il n'y a pas une telle décision qui a été prise, a-t-il affirmé. Il faut comprendre qu'il y a des discussions qui sont en cours pour, éventuellement, un retrait de la Sûreté du Québec parce que, ce qu'on souhaite, c'est que ce soit le corps policier autochtone qui prenne en charge la sécurité sur le territoire. Pour l'instant, la façon dont ça fonctionne, c'est que le corps policier autochtone assure la sécurité durant la journée et la Sûreté du Québec assure la sécurité pendant la nuit. Et ça, ça continue. »

«Il n'y a pas de retrait. Essentiellement, ça ne peut pas se faire si la sécurité de la population est compromise. C'est une information qui a circulé, mais elle n'est pas exacte.» ― Martin Coiteux

Le ministre a aussi rappelé que des discussions sont en cours avec le fédéral pour le renouvellement des ententes sur le financement des corps de police dans les communautés autochtones. Ces ententes arrivent à échéance en 2018.