NOUVELLES
07/12/2016 02:26 EST | Actualisé 08/12/2017 00:12 EST

Pétrole et gaz: protocoles d'accord entre Shell et l'Iran

Le groupe néerlandais Shell doit signer mercredi à Téhéran des protocoles d'accord dans le secteur pétrolier et gazier, a annoncé à l'AFP un responsable du ministère iranien du Pétrole.

Ce responsable avait indiqué dans un premier temps que le groupe français Total devait également signer des protocoles, avant de se rétracter.

Et dans la salle où doit avoir lieu une cérémonie de signature, il est bien spécifié que le protocole d'accord est signé entre la compagnie pétrolière nationale iranienne NIOC et Shell, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les protocoles entre Shell et l'Iran portent sur l'extension du champ pétrolier d'Azadegan-Sud pour un montant de 10 à 12 milliards de dollars, ainsi qu'un autre projet sur le champ de Yadavaran, tous les deux situés dans le sud-ouest de l'Iran.

Ils portent également sur l'exploitation offshore d'un champ gazier de l'île de Kish, située dans le Golfe (sud).

Le groupe français Total avait signé début novembre à Téhéran un accord de 4,8 milliards de dollars pour l'exploitation en Iran du grand champ gazier Pars-Sud, devenant la première grande compagnie occidentale du secteur pétrolier et gazier à revenir dans ce pays depuis la levée des sanctions internationales en janvier.

Ce retour en Iran de grands groupes étrangers, rendu possible par l'accord nucléaire conclu mi-2015 entre Téhéran et six grandes puissances, a été critiqué par certains acteurs économique iraniens.

Le dirigeant d'un important groupe économique sous contrôle des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite iranienne, avait ainsi qualifié fin octobre de "honte" le fait qu'un secteur comme le pétrole puisse dépendre d'entreprises étrangères.

sgh-er-stb/feb

ROYAL DUTCH SHELL PLC