NOUVELLES
07/12/2016 05:15 EST | Actualisé 08/12/2017 00:12 EST

Merkel entame, affaiblie, une campagne difficile

En briguant un quatrième mandat, Angela Merkel aborde certes en favorite "la campagne électorale la plus difficile" depuis des décennies en Allemagne, mais ressort affaiblie d'un congrès de son parti qui a mis la barre à droite.

La chancelière a pour elle de ne pas avoir de concurrent au sein de l'Union chrétienne-démocrate (CDU). Et personne actuellement chez les rivaux sociaux-démocrates du SPD ne semble en mesure de l'empêcher de se maintenir à la chancellerie après les législatives qui auront probablement lieu en septembre 2017.

Réélue à la tête de son parti conservateur mardi lors d'un congrès à Essen, Angela Merkel n'a rassemblé "que" 89,5% des voix.

Jamais la dirigeante de 62 ans, qui bat des records de longévité parmi les leaders occidentaux, n'avait enregistré un score aussi bas depuis qu'elle est devenue chancelière en 2005. Elle caracolait encore il y a deux ans à près de 97% des voix.

"Ce résultat comparativement mauvais (...) montre que le contrat (entre Merkel et son parti) ne se conclut plus sans réserve", diagnostique le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) à l'heure où elle vise un nouveau mandat de 4 ans comme chancelière.

- Remous internes -

Pour la plupart des commentateurs, elle paie le prix de sa politique migratoire. En ouvrant grand les portes de l'Allemagne en 2015 à quelque 900.000 demandeurs d'asile, essentiellement musulmans, elle a provoqué de gros remous dans les rangs de cette formation qui pendant des décennies a refusé de considérer l'Allemagne comme une terre d'immigration.

Dans le même temps, la droite populiste de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) vole de succès en succès dans les élections par ses attaques contre les migrants et l'islam.

Signe du mécontentement de la base de la CDU, les délégués du parti ont durant deux jours durci leur discours global sur l'immigration.

Ils ont adopté mercredi une série de résolutions prônant un tour de vis en matière de politique d'asile, comme l'allongement de la durée de rétention ou la diminution des aides sociales pour les demandeurs d'asile livrant de fausses informations.

Le congrès est aussi passé outre l'avis de Mme Merkel en votant une motion appelant à la suppression de l'octroi automatique de la double nationalité aux enfants de parents étrangers. Cette mesure avait été mise en place en 2014. Visiblement mécontente, Mme Merkel, a jugé qu'il serait "erronée" de revenir sur cette double nationalité.

Dans le même temps, la chancelière a du donner des gages à son mouvement: elle a affirmé son opposition à tout nouvel afflux de migrants et proclamé son soutien à une interdiction partielle du port du voile intégral.

Car à la CDU les 12% à 13% d'intentions de vote pour l'AfD inquiètent. Ce parti siège déjà dans plus de la moitié des parlements régionaux et son entrée au Bundestag l'an prochain semble presque acquise, un événement qui serait inédit depuis la chute du régime nazi.

- Alliance exclue avec l'AfD -

Cette nouvelle donne risque en outre de gêner Mme Merkel dans la constitution d'une nouvelle coalition gouvernementale après les élections législatives. Si la CDU est créditée de 32% à 37% des voix dans les sondages, elle exclut toute alliance avec la droite populiste et pourrait dès lors à nouveau être contrainte à une grande coalition avec le SPD.

A la tribune, certains militants ne se sont pas gênés pour exprimer leur défiance.

"Vous avez modifié le cap de la CDU vers la gauche", a déploré un délégué, Eugen Abler, mais "à gauche nous ne gagnons que peu d'électeurs alors que nous en perdons beaucoup à droite". Un autre a jugé que l'islam ne faisait pas partie de l'Allemagne, pays qui compte pourtant quelque 4 millions de musulmans (soit 5% de la population), prenant le contrepied de Mme Merkel.

Face à cette grogne et la montée de la droite populiste, la chancelière a répété s'attendre à une campagne électorale délicate, "la plus difficile" depuis la Réunification en 1990 et son entrée en politique.

yap/ylf/lb