NOUVELLES
07/12/2016 15:31 EST | Actualisé 08/12/2017 00:12 EST

Japon: la croissance du PIB revue en baisse au 3e trimestre, à 0,3%

Le Japon a affiché au troisième trimestre une croissance de 0,3%, en-deçà des estimations initiales, à cause d'un recul des investissements des entreprises, selon des données révisées publiées jeudi par le gouvernement.

Ce chiffre est inférieur aux attentes des analystes, qui misaient sur une progression de 0,6% par rapport à la période d'avril-juin.

En rythme annualisé - c'est-à-dire si l'évolution du trimestre se prolongeait sur une année - le PIB ressort en hausse de 1,3% (au lieu de 2,2% auparavant annoncé).

Les investissements non résidentiels des entreprises ont décliné de 0,4% sur un trimestre, alors qu'ils faisaient du surplace dans la précédente estimation diffusée mi-novembre.

De même les exportations ont-elles été moins dynamiques que calculé initialement: elles ont augmenté de 1,6% (et non de 2%), réduisant la contribution du commerce extérieur à 0,3 point (au lieu de 0,5 point).

En revanche, la consommation des ménages a été modifiée positivement (+0,3%, au lieu d'une stagnation).

Il s'agit du troisième trimestre consécutif de progression après une croissance de 0,7% de janvier à mars, puis de 0,5% d'avril à juin (chiffres révisés positivement jeudi) après une fin d'année 2015 dans le rouge, mais l'activité reste peu dynamique quatre ans après le lancement de l'offensive "abenomics" (mêlant assouplissement monétaire, largesses budgétaires et réformes structurelles) du Premier ministre Shinzo Abe.

"L'économie japonaise ne parvient qu'à dégager une faible et fragile croissance en l'absence d'un moteur durable", avait souligné Yasunari Ueno, chef-économiste de Mizuho Securities, dans une note publiée mercredi. "Les exportations ont soutenu le PIB au 3e trimestre mais cette embellie ne va probablement pas durer".

De fait, le dernier trimestre de 2016 n'a pas débuté sous les meilleurs auspices. Selon les statistiques d'octobre récemment dévoilées, la consommation des ménages a encore reflué, bien que faiblement comparé aux mois précédents (-0,4%), reflet de l'anxiété des Japonais, ce qui pèse sur l'inflation.

Les prix à la consommation ont ainsi reculé pour le 8e mois de suite, signant leur plus longue série négative depuis 2011, malgré la politique ultra-accommodante de la Banque du Japon (BoJ).

anb/mf