NOUVELLES
07/12/2016 12:39 EST | Actualisé 08/12/2017 00:12 EST

Funérailles du pilote tué dans l'écrasement d'un CF-18 en vol d'entraînement

MOUNT HOPE, Ont. — Des funérailles militaires ont été célébrées, mercredi en Ontario, pour le capitaine Thomas McQueen, mort à l'âge de 29 ans dans l'écrasement de son avion de chasse, la semaine dernière dans les Prairies.

Quatre appareils CF-18 Hornet de la base de Bagotville, au Québec, ont survolé la dépouille à sa sortie du Musée canadien de l'aviation militaire, à Mount Hope, près de Hamilton. Le capitaine McQueen avait grandi sur une ferme de la région.

Un convoi funèbre a ensuite amorcé un périple de 500 kilomètres pour gagner le Cimetière national de Beechwood, à Ottawa, en empruntant notamment l'«autoroute des Héros».

L'avion de chasse CF-18 piloté par le capitaine McQueen s'était écrasé près de la frontière entre l'Alberta et la Saskatchewan, le 28 novembre, pendant un vol d'entraînement. Une enquête est en cours pour déterminer les causes de l'accident.

Son grand-père avait été pilote pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Le père du capitaine McQueen a témoigné mercredi de son énorme peine, mais aussi d'une immense fierté pour ce garçon «qui a sacrifié sa vie pour son pays, en accomplissant un travail qu'il adorait».

«Peu importe la cause de l'accident — que ce soit une erreur humaine ou quelque chose hors de son contrôle —, les Saintes Écritures nous enseignent qu'aux yeux de Dieu, ce n'était pas un accident: Thomas avait accompli sa mission», a confié sa mère lors des funérailles.

Au moins 10 pilotes sont morts dans des écrasements de CF-18 depuis que l'armée canadienne a fait l'acquisition, en 1980, des 138 appareils, au coût de 5 milliards $. Le gouvernement libéral prévoit négocier l'acquisition rapide de 18 nouveaux avions de chasse Super Hornet afin de pouvoir tenir le coup jusqu'au remplacement de toute la flotte par un appareil qui n'a pas encore été choisi.

L'armée de l'air a précisé le mois dernier que tous les CF-18 canadiens actuellement en service pourront voler jusqu'en 2025. On sait cependant que chaque jour, plusieurs appareils sont cloués au sol pour entretien ou réparation.