NOUVELLES
07/12/2016 06:31 EST | Actualisé 08/12/2017 00:12 EST

Députée turque retenue dans un aéroport: l'ambassadeur allemand convoqué à Ankara

Les autorités turques ont convoqué mercredi l'ambassadeur d'Allemagne à Ankara pour dénoncer le "mauvais traitement" infligé à une députée du parti au pouvoir en Turquie, retenue dans un aéroport allemand, a-t-on appris de source diplomatique.

Martin Erdmann a été convoqué au ministère des Affaires étrangères, où les autorités lui ont "communiqué la gêne" de la Turquie après l'incident, a indiqué la même source à l'AFP.

Ayse Nur Bahçekapili, une députée du parti AKP au pouvoir et vice-présidente du Parlement turc, a affirmé avoir été retenue pendant une heure lundi à l'aéroport de Cologne (ouest de l'Allemagne) à cause d'un problème de passeport.

Citée par l'agence de presse progouvernementale Anadolu, la députée a expliqué avoir été soumise à un "mauvais traitement" des autorités allemandes. "On m'a fait attendre avec des personnes qui avaient tenté d'entrer clandestinement" en Allemagne, a-t-elle affirmé.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a manifesté sa colère, mercredi, lors d'un discours à Ankara, évoquant des "représailles".

"Vous acceptez les terroristes, vous les traitez en invités. Mais vous retenez pendant des heures la vice-présidente du Parlement et sa délégation. Ne sommes-nous pas obligés de leur infliger le même traitement ?", a-t-il lancé.

Cet incident survient alors que les relations entre la Turquie et les pays européens, particulièrement l'Allemagne, se sont tendues depuis la tentative de coup d'Etat visant à renverser M. Erdogan, le 15 juillet.

Après le putsch manqué, les autorités turques ont lancé des purges dont l'ampleur suscite l'inquiétude et des critiques des partenaires occidentaux d'Ankara.

Le Parlement européen a adopté le mois dernier une résolution non-contraignante appelant à interrompre les négociations d'adhésion de la Turquie au bloc.

En réaction, M. Erdogan a menacé d'"ouvrir les frontières" pour laisser passer les migrants voulant se rendre en Europe.

Le président turc a par ailleurs accusé Berlin d'"accueillir" des membres du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation classée "terroriste" par la Turquie, les Etats-Unis et l'Union européenne.

raz-gkg/prh