NOUVELLES
05/12/2016 02:42 EST | Actualisé 06/12/2017 00:12 EST

Allemagne: polémique après l'arrestation d'un Afghan pour meurtre

La droite populiste allemande et un syndicat de policiers ont fustigé lundi l'immigration "massive" et "incontrôlée", après l'arrestation d'un demandeur d'asile afghan de 17 ans soupçonné du viol et du meurtre d'une étudiante.

"Nous sommes bouleversés par cet acte et nous voyons dans le même temps que nos avertissements concernant l'arrivée incontrôlée de centaines de milliers de jeunes hommes issus de cultures islamo-patriarcales sont qualifiés de populistes", a commenté Jörg Meuthen, l'un des dirigeants du parti Alternative pour l'Allemagne (AfD), mouvement populiste en plein essor.

Rainer Wendt, patron du syndicat policier DPolG, a de son côté estimé auprès du quotidien populaire Bild que "cette victime et beaucoup d'autres auraient pu être évitées, si notre pays avait été préparé aux dangers qui vont de pair avec une immigration massive".

Le vice-président du parti social-démocrate (SPD), Ralf Stegner, a jugé cette remarque "politiquement nauséabonde" et "stupide".

"Nous parlons de l'acte présumé d'un seul réfugié afghan, pas d'un groupe entier de gens qui sont, comme lui, Afghans ou réfugiés", a souligné Steffen Seibert, le porte-parole de la chancelière conservatrice Angela Merkel, condamnant ce "crime horrible" lors d'un point presse régulier.

Le vice-chancelier SPD Sigmar Gabriel a lui rappelé que "de tels meurtres odieux existaient bien avant que le premier réfugié venu d'Afghanistan ou de Syrie n'arrive" en Allemagne, avertissant que le gouvernement ne laisserait passer "aucun appel à la haine raciale".

Arrêté vendredi et placé en détention, le suspect est un mineur afghan interpellé pour le viol et le meurtre d'une étudiante en médecine de 19 ans, dont le corps a été retrouvé le 16 octobre au bord d'une rivière de Fribourg (sud-ouest).

L'ADN du jeune homme, arrivé seul en 2015 et pris en charge par une famille d'accueil, a été retrouvé sur les lieux du meurtre et il apparaît sur des images de vidéosurveillance, selon la police et le parquet.

Selon l'Office européen des statistiques Eurostat, près de 90.000 mineurs non accompagnés sont arrivés dans l'Union européenne en 2015. Un peu plus de la moitié sont Afghans.

L'Allemagne a accueilli en 2015 890.000 demandeurs d'asile. Cette politique d'accueil de la chancelière a conduit à une poussée du jeune parti anti-islam AfD, en particulier après les agressions sexuelles du Nouvel an à Cologne (ouest) commises selon la police pour l'essentiel par des migrants.

Face au mécontentement grandissant au sein de sa famille politique conservatrice, Mme Merkel, qui brigue en 2017 un quatrième mandat, a donné un tour de vis à sa politique migratoire.

cfe/alf/at