NOUVELLES
05/12/2016 04:37 EST | Actualisé 06/12/2017 00:12 EST

Affrontements dans le centre de la RD Congo : 23 morts

Vingt-trois personnes ont été tuées dans des affrontements survenus entre vendredi et dimanche dans la région de Tshikapa, dans le centre de la République démocratique du Congo, selon un bilan officiel donné lundi.

Ces violences ayant opposé policiers et soldats à la milice d'un ancien chef coutumier local ont fait "13 morts et 14 blessés dans les rangs des forces de l'ordre, 10 morts du côté de la milice", a affirmé sur la télévision publique Hubert Mbingho N'Vula, vice-gouverneur du Kasaï, province dont Tshikapa est la capitale.

"L'ordre public a été rétabli", a-t-il affirmé, confirmant des informations sur un retour au calme à Tshikapa depuis dimanche soir.

Selon M. Mbingho et une source au ministère de l'Intérieur congolais, ces violences ont éclaté à la suite à un conflit de succession coutumière entre un nouveau chef traditionnel et son oncle, l'ancien chef Mbau Nkanka - déchu après avoir été désavoué par sa famille.

Ce dernier "a été initié aux pratiques fétichistes des partisans de Kamwina Nsapu" dont il a assisté aux funérailles au mois d'août, "pour venir chasser son neveu et reprendre le pouvoir", déclaré à l'AFP Claude-Pero Luwara au cabinet du ministre de l'Intérieur.

Kamwina Nsapu était un chef traditionnel tué en août dans la province voisine du Kasaï-Central, après s'être opposé aux autorités locales.

Les partisans du chef Mbau recourent au "même mode opératoire que ceux de Kamwina Nsapu: combattre avec des bâtons, des bandeau rouge (noués) autour de la tête, lancer des cris de guerre", ce qui a pu laisser croire dans un premier temps qu'il s'agissait du même groupe, a ajouté M. Luwara.

mbb/mj/jhd