NOUVELLES
04/12/2016 05:29 EST | Actualisé 05/12/2017 00:12 EST

Philippines: la vice-présidente annonce son départ et dénonce un complot pour la destituer

La vice-présidente des Philippines Leni Robredo a annoncé dimanche qu'elle allait quitter la vice-présidence du pays affirmant qu'un complot visant à la destituer avait été planifié.

"J'ai été avertie qu'un complot visant à me déloger des mes fonctions avait été planifié. J'ai choisi d'ignorer cette information et de me concentrer sur mon travail. Mais il semblerait que le complot soit en train de se réaliser", a affirmé sur da page Facebook la vice-présidente, qui appartient au Parti libéral.

Leni Robredo a pris cette décision après avoir reçu un SMS d'un autre ministre, Jun Evasco, lui demandant, au nom du chef de l'Etat, de "ne plus participer au conseil des ministres".

Le président et le vice-président sont élus lors de scrutins distincts aux Philippines. Leni Robredo n'était donc pas la "colistière" de Rodrigo Duterte, issu du Parti démocratique, lors des élections du 9 mai dernier.

Le porte-parole de Mme Robredo, Martin Andanar, a confirmé dimanche lors d'une interview à la télévision le départ de la vice-présidente, mettant en avant des "différences irréconciliables".

"Si complot il y a, il ne vient pas du camp présidentiel", a ajouté sans autre précision M. Andanar.

"Nous verrons demain si le président accepte ou non la démission de la vice-présidente", a-t-il dit.

Madame Robredo a par ailleurs affirmé avoir de "profondes divergeances de principes et de valeurs" avec le président Rodrigo Duterte notamment sur sa façon de livrer la guerre aux narcotrafiquants.

Cette guerre a fait plus de 2.000 morts dans le pays au cours des cinq derniers mois.

Rodrigo Duterte, qui a remporté l'élection présidentielle en mai dernier, a promis de tuer plusieurs milliers de suspects liés au trafic de drogue assurant que, faute d'action, les Philippines pourraient devenir un narco-Etat.

mm/sm/adm/pjl

Facebook