NOUVELLES
04/12/2016 02:23 EST | Actualisé 05/12/2017 00:12 EST

France: salve de critiques contre Ségolène Royal après sa défense de Castro

La numéro 3 du gouvernement français, Ségolène Royal, s'est attirée dimanche une salve de critiques politiques en son pays, pour avoir défendu à Cuba le régime castriste et rejeté les accusations de violations des droits de l'Homme dans l'île.

De Santiago de Cuba, où elle devait assister samedi à une cérémonie d'hommage Fidel Castro décédé le 25 novembre, la ministre socialiste de l'Écologie, a salué en Fidel Castro un leader grâce auquel "les Cubains ont récupéré leur territoire, leur vie, leur destin".

L'ancienne candidate du Parti socialiste à l'élection présidentielle de 2007 en France a aussi jugé qu'il y avait "beaucoup de désinformation" sur les violations des droits de l'Homme reprochées par l'ONU et l'opposition au régime du "Comandante".

"Les bras vous en tombent", a réagi dans les médias François Bayrou, président du parti de centre-droit Modem. C'est "tellement énorme" que c'est "pire" qu'une faute politique, d'autant que Ségolène Royal parlait "au nom de la France", a-t-il dénoncé en rappelant qu'en 2007, elle avait "fait l'éloge de la justice chinoise".

Député écologiste réformiste et candidat à la primaire organisée par le Parti socialiste, François de Rugy a demandé, dans un tweet, au "président de la République de désavouer ces propos sur #Cuba contraires aux valeurs de la #France".

"Ce qu'a dit Ségolène Royal manque de mesure, de lucidité et de respect pour l'ensemble des victimes, incontestables et incontestées, de ce régime", a taclé Florian Philippot, le numéro deux du parti d'extrême droite Front national, évoquant sur la radio France Inter "des persécutions contre des opposants politiques, même contre d'autres minorités, les homosexuels, etc." et "tout sauf une grande démocratie et un merveilleux espace de respect des droits de l'Homme".

Plusieurs parlementaires Les Républicains (droite) ont aussi attaqué la ministre de l'Écologie. "Plus jamais de leçon de la +Gôôche+ sur les droits de l'homme, après l'éloge de Castro par un ministre socialiste !", a ainsi tweeté le député Thierry Mariani.

ic-sl/jg/rap