NOUVELLES
02/12/2016 08:02 EST | Actualisé 03/12/2017 00:12 EST

Vladimir Poutine reçoit le chef de la diplomatie japonaise à deux semaines de sa visite au Japon

Vladimir Poutine a reçu vendredi le chef de la diplomatie japonaise, Fumio Kishida, à Saint-Pétersbourg (nord-ouest), à deux semaines d'une visite du dirigeant russe au Japon, censée donner un nouvel élan aux relations entre Moscou et Tokyo.

"Je suis ravi que nos contacts se poursuivent", a déclaré M. Poutine, cité dans un communiqué du Kremlin, au début de la rencontre avec Fumio Kishida dans cette ancienne capitale impériale et ville natale du président russe.

Moscou et Tokyo "travaillent des deux côtés sur la mise en place des propositions du Premier ministre japonais visant à élargir les contacts sur toutes les questions qui nous intéressent", a-t-il souligné.

"Je suis venu en Russie dans le cadre de l'étape finale des préparatifs à votre visite au Japon (...) pour pouvoir aboutir lors de cette visite à des résultats dans un grand nombre de domaines, notamment politique, économique, y compris la question de la signature d'un accord de paix" entre Moscou et Tokyo, a indiqué pour sa part Fumio Kishida, selon ses propos traduits en russe.

Les relations entre Moscou et Tokyo sont empoisonnées par une querelle concernant quatre îles de l'archipel des Kouriles occupées à la fin de la Seconde Guerre mondiale par l'Union soviétique. Le Japon revendique ces îles et ce différend a empêché jusqu'à présent les deux pays de signer un traité de paix.

Les négociations concernant ces quatre îles volcaniques, appelées Territoires du Nord par le Japon, sont au point mort depuis l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par la Russie en mars 2014, condamnée par Tokyo comme par les Occidentaux.

Vladimir Poutine est attendu en visite au Japon les 15 et 16 décembre.

Dans son discours annuel devant le Parlement jeudi, M. Poutine a annoncé compter sur un "progrès qualitatif" dans les relations avec le Japon, en saluant "l'aspiration de ce pays à développer les liens économiques avec la Russie et lancer des projets communs".

"Nous avons accordé beaucoup d'attention à vos paroles (...) et nous saluons cette mention dans votre discours" devant le Parlement, a assuré M. Fishida.

mp/mr