NOUVELLES
02/12/2016 05:46 EST | Actualisé 03/12/2017 00:12 EST

Victoire d'une anti-Brexit à une législative partielle à Londres

Le gouvernement conservateur britannique a essuyé un revers vendredi, avec la victoire surprise d'une candidate anti-Brexit à la législative partielle de Richmond, une banlieue huppée du sud-ouest de Londres.

La libérale-démocrate Sarah Olney, résolument europhile, a devancé avec une avance confortable son adversaire, le député sortant Zac Goldsmith, pourtant donné largement favori, lors d'un scrutin qui a pris les allures d'un mini-référendum sur le Brexit.

"Notre message est clair: nous ne voulons pas d'un Brexit dur", soit une sortie du Royaume-Uni du marché unique européen assorti d'un contrôle total de l'immigration, a déclaré Sarah Olney, qui l'a emporté avec 49,68% des voix contre 45,15% pour Zac Goldsmith, candidat indépendant après avoir démissionné du parti conservateur.

"Nous ne voulons pas être exclus du marché unique, et nous ne laisserons pas l'intolérance, la division et la peur l'emporter", a ajouté l'élue de 39 ans, nouvelle venue en politique.

L'élection partielle avait été provoquée par la démission de Zac Goldsmith, fils du financier Jimmy Goldsmith, pour protester contre le soutien du gouvernement de Theresa May à l'extension de l'aéroport d'Heathrow, dont les vols affectent directement Richmond.

Elu depuis 2010 de cette circonscription traditionnellement europhile, ce partisan du Brexit s'était représenté sous l'étiquette d'indépendant mais il avait le soutien total du parti conservateur ainsi que celui du parti europhobe Ukip, qui n'avaient pas présenté de candidat contre lui.

Une discordance largement exploitée par le Parti libéral démocrate europhile qui a fait campagne sur sa volonté d'organiser un second référendum sur l'UE.

Si 52% des électeurs britanniques ont voté en juin en faveur d'une sortie de l'Union européenne (UE), 69% de ceux de la circonscription de Richmond avaient voté pour rester dans l'union.

La victoire de Sarah Olney constitue en outre un sérieux baume au coeur pour ce parti, qui après cinq ans au pouvoir dans une coalition avec les conservateurs, avait été complètement marginalisé lors des élections de 2015 où il n'avait remporté que huit sièges dans tout le pays.

"Le message est clair: les Libéraux démocrates sont de retour et nous portons le flambeau de tous ceux qui veulent une vraie opposition à ce gouvernement conservateur couleur Brexit", a déclaré son chef Tim Farron.

"Ce résultat ne change rien", a rétorqué vendredi un porte-parole du parti conservateur.

"Le gouvernement reste déterminé à quitter l'Union européenne et à déclencher l'article 50 (qui ouvrira la voie aux négociations de sortie, NDLR) avant la fin du mois de mars" 2017, a-t-il ajouté.

Quant à Zac Goldsmith, 41 ans, il s'agit de sa deuxième défaite cette année: en mai, il avait échoué à se faire élire à la mairie de Londres face au travailliste Sadiq Khan.

Le résultat a fait réagir jusqu'à Bruxelles: le chef des libéraux européens et référent du Brexit pour le Parlement européen Guy Verhofstadt a tweeté: "L'Europe regarde et nous sommes fiers".

A Londres, l'ancien ministre conservateur eurosceptique Iain Duncan Smith a rétorqué dans le Daily Telegraph que le diplomate européen ferait mieux de "s'occuper de ses foutues affaires".

bur-rba-mc/jk/abk