NOUVELLES
02/12/2016 09:47 EST | Actualisé 03/12/2017 00:12 EST

Turquie: les Pays-Bas pour un gel de six mois des négociations d'adhésion avec l'UE

Le gouvernement néerlandais va chercher des soutiens européens pour un gel provisoire des négociations d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne, a déclaré vendredi à La Haye le Premier ministre Mark Rutte.

"Nous allons voir s'il y a un soutien en Europe (...) pour suspendre ces conversations pendant un semestre", a déclaré M. Rutte lors d'une conférence de presse.

La Turquie et l'UE étaient convenues d'accélérer les conversations vers une adhésion après un accord visant à endiguer le flot de migrants dans l'UE, en mars. Mais ce processus s'est retrouvé une nouvelle fois bloqué après la tentative de coup d'Etat en juillet en Turquie, suivi par une répression massive et des dizaines de milliers d'arrestations.

M. Rutte a repris le terme de son ministre des Affaires étrangères Bert Koenders, qui avait qualifié peu auparavant ces discussions avec la Turquie de "comateuses".

Son appel intervient après un vote non contraignant du Parlement européen la semaine dernière, dans lequel il s'était prononcé à une très forte majorité en faveur d'une suspension de ces discussions.

Ce vote a suscité la colère des autorités turques, qui l'ont immédiatement qualifié d'"insignifiant et sans valeur". Le président Recep Tayyip Erdogan a menacé de représailles en rompant l'accord de mars qui a permis une forte réduction de l'arrivée de migrants en Europe.

La Turquie a formellement demandé à devenir membre de l'UE en 1987, et ses négociations d'accession ont commencé en 2005. Mardi, M. Erdogan a souligné que son pays n'avait pas encore abandonné cette ambition, mais que "beaucoup d'autres alternatives" s'offraient à son pays si ce processus menait à une impasse.

jhe/jkb/mct/cls