NOUVELLES
02/12/2016 10:46 EST | Actualisé 03/12/2017 00:12 EST

Trump nie que son appui à un oléoduc découle de ses intérêts financiers

WASHINGTON — Le président désigné des États-Unis, Donald Trump, appuie le projet d'oléoduc Dakota Access pour des motifs politiques et non pour son propre portefeuille, soutient une note de son porte-parole.

Bryan Lanza a écrit plus tôt cette semaine aux sympathisants républicains que la position favorable de M. Trump au sujet du Dakota Access Pipeline (DAPL) n'a rien à voir avec ses investissements personnels dans sa construction.

La copie du message obtenue par l'Associated Press indique que le milliardaire cherche plutôt à «mettre de l'avant des politiques qui bénéficieront à l'ensemble des Américains».

Les plus récents états financiers de M. Trump, divulgués en mai, révèlent qu'il détient des actions d'Energy Transfer Partners, le constructeur de DAPL.

Il a également investi au moins 100 000 $ auprès de Phillips 66, qui est propriétaire d'un quart de l'oléoduc qui s'étendrait sur près de 2000 kilomètres.

Une porte-parole du futur 45e président américain, Hope Hicks, a réagi la semaine dernière en disant qu'elle croit comprendre qu'il s'est récemment défait des actions d'Energy Transfer. Elle n'a cependant fourni aucun autre détail et n'a donné suite à aucune demande d'information depuis lors.

Bien que ces investissements semblent modestes en comparaison à ses autres actifs, des experts en éthique soutiennent que des dizaines de conflits d'intérêts du genre pourraient être évités par la mise sur pied d'une fiducie sans droit de regard.

M. Trump a déclaré cette semaine qu'il annoncera prochainement son retrait de son entreprise pour la durée de son mandat.

Son équipe affirme que ce projet de 3,8 milliards $ US repose sur la diversification des ressources énergétiques des États-Unis. Le DAPL traverserait quatre États pour acheminer du pétrole jusqu'en Illinois.

Levée de boucliers d'une Première Nation

Au Dakota du Nord, des centaines de membres de la Première Nation Sioux Standing Rock participent à de grandes manifestations anti-DAPL. Ils craignent que le pipeline mette en danger des lieux sacrés et contamine les réserves d'eau de la région, qui approvisionnent des millions de personnes.

Des centaines protestataires ont établi un campement sur un site à proximité de la réserve qui serait traversé par l'oléoduc. Se revendiquant des «protecteurs de l'eau», ils continuent à braver la neige et le froid alors que le gouvernement leur a ordonné de quitter les lieux d'ici lundi.