NOUVELLES
02/12/2016 09:43 EST | Actualisé 03/12/2017 00:12 EST

Syrie: 2.000 personnes évacuées d'un bastion rebelle au nord de Damas (OSDH)

Quelque 2.000 personnes, dont des combattants rebelles et leurs familles, ont quitté vendredi une ville tenue par l'opposition syrienne au nord de Damas en vertu d'un accord avec le gouvernement, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

"Environ 2.000 personnes ont quitté Al-Tal et ont été acheminées dans plus de 40 cars vers la province d'Idleb", contrôlée en quasi-totalité par les rebelles, a déclaré le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane.

L'agence officielle syrienne Sana a confirmé que cette évacuation avait eu lieu après un accord entre les autorités locales et Damas.

Al-Tal est la sixième ville à être évacuée en trois mois, quelques jours après une opération similaire à Khan Al-Chih, située à environ 25 km au sud-ouest de la capitale.

Le régime présente ces évacuations comme des accords de "réconciliation" et comme un moyen de mettre fin à la guerre qui fait rage depuis plus de cinq ans dans le pays. Mais elles ont été critiquées par des organisations de défense des droits de l'Homme et l'ONU.

En septembre, lors de l'évacuation de Daraya, fief symbole de l'opposition, l'ONU avait critiqué une "stratégie" d'évacuation forcée de population par le régime de Bachar al-Assad.

Depuis le début du conflit en Syrie en 2011, plus de 300.000 personnes ont été tuées et plus de la moitié de la population du pays a dû fuir les violences.

mjg/cmk/bpe