NOUVELLES
02/12/2016 02:38 EST | Actualisé 03/12/2017 00:12 EST

Présidentielle en France: cartographie à cinq mois du scrutin

A moins de cinq mois du scrutin présidentiel français, prévu le 23 avril et 7 mai 2017, voici un point sur les candidats déclarés, les inconnues et les prochaines étapes.

- Les principaux candidats en lice -

François Fillon, 62 ans, ex-Premier ministre de Nicolas Sarkozy (2007-2012) portera les couleurs de la droite française. Ce conservateur a largement remporté fin novembre la primaire de son camp avec un programme économique très libéral et un grand retour aux valeurs traditionnelles.

La championne de l'extrême droite Marine Le Pen, 48 ans, compte sur le rejet des partis classiques et promet de répondre aux peurs liées à l'immigration, à l'Islam et la sécurité dans un pays endeuillé par plusieurs attentats jihadistes depuis 2015. Le Brexit et la victoire de Donald Trump aux Etats-Unis ont donné des ailes à tous les partis d'extrême droite en Europe et aux mouvements populistes "antisystème".

Le parti socialiste (PS, au pouvoir 2012) n'a pas encore désigné son champion. Arnaud Montebourg, 54 ans, positionné à gauche du parti, a été le premier à déposer sa candidature à la primaire. L'ancien ministre de l'Economie du président François Hollande (2012-2014) a fait de la défense du "made in France" et de la lutte contre la corruption ses fers de lance.

A 38 ans, Emmanuel Macron, le plus jeune candidat déclaré, se lance en dehors des partis. Issu des grandes écoles de l'élite française, cet ancien banquiers d'affaires a été conseiller économique de François Hollande puis ministre de l'Economie (2014-2016). Celui qui veut "réconcilier le progrès et la liberté", "société ouverte" et "justice sociale", a démissionné en août du gouvernement pour se consacrer à son mouvement "En marche" qui vise les électeurs de gauche mais aussi "les progressistes de droite et du centre".

Jean-Luc Mélenchon, 65 ans, défendra les couleurs de la gauche radicale à la tête de son mouvement "La France insoumise" et avec le soutien des communistes. Membre du PS jusqu'en 2008, ce tribun antimondialisation, converti à l'écologie, a fait de la lutte contre Marine Le Pen une de ses priorités.

- Les incertitudes -

Le Premier ministre, Manuel Valls, 54 ans, s'est déclaré "prêt" à se lancer dans la course à l'investiture socialiste. La décision du chef de l'Etat de ne pas briguer un second mandat libère la voie à celui qui a, pendant des mois, affiché une loyauté sans faille envers le chef de l'Etat. Son ton parfois autoritaire, sa défense d'une orientation économique sociale-libérale et sa vision très stricte de la laïcité ne font pas l'unanimité dans son camp.

D'autres candidatures socialistes ne sont pas exclues.

Le centriste de droite François Bayrou dira "d'ici à fin janvier, début février" s'il est candidat. Il juge le programme de François Fillon trop conservateur et trop libéral. Il s'était attiré la franche hostilité d'une partie de la droite en soutenant François Hollande à titre personnel en 2012. L'ancien ministre s'est déjà présenté à l'élection présidentielle en 2002, 2007 -année où il était arrivé troisième- et 2012.

- Les prochaines étapes -

La primaire ouverte de la gauche est prévue les 22 et 29 janvier 2017. Les postulants ont jusqu'au 15 décembre pour déposer leur candidature.

Le premier tour du scrutin présidentiel se tiendra le 23 avril. Les électeurs départageront le 7 mai les deux candidats arrivés en tête.

laf/sof/chp/pt