NOUVELLES
02/12/2016 06:42 EST | Actualisé 03/12/2017 00:12 EST

Près de 600.000 personnes risquent d'être privées d'eau courante dans l'est de l'Ukraine

Quelque 600.000 habitants de la région de Lougansk dans l'est de l'Ukraine risquent d'être privés d'eau et de chauffage en raison de factures d'électricité impayées, a alerté vendredi l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

"Des mesures urgentes doivent êtres prises car 600.000 personnes de la région de Lougansk risquent de se retrouver sans eau, sans électricité et sans chauffage", a écrit sur Twitter Alexander Hug, chef-adjoint de la mission de l'OSCE en Ukraine.

Les coupures d'eau surviennent car des stations de pompage ne sont plus alimentées en électricité en raison d'impayés.

Les séparatistes prorusses de la République populaire autoproclamée de Lougansk (LNR) ont confirmé que les approvisionnements en eau avaient cessé depuis jeudi dans certaines zones sous leur contrôle.

"A partir du 1er décembre, la partie ukrainienne a cessé ses approvisionnements en eau effectués depuis la station hydraulique de Petrovski et a réduit de plus de deux fois le volume de ses approvisionnements effectués depuis la station de traitement des eaux située à l'ouest", a déclaré un représentant séparatiste, Vladislav Deïnego, cité par l'agence officielle des rebelles de Lougansk.

Ces deux stations hydrauliques sont situées en territoire contrôlé par Kiev dans la région de Lougansk.

"Si l'approvisionnement en eau est coupé, les systèmes de chauffage (...) ne fonctionneront plus. Les maisons ne seront plus chauffées et les conduites subiront des dommages dus au gel", a déclaré le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) dans un communiqué.

Début octobre, le CICR avait annoncé "qu'à titre de mesure d'urgence, il réglerait des factures d'électricité pour préserver l'accès à l'eau de 600.000 personnes".

Mais le CICR avait ensuite annoncé ne plus payer à partir du 1er décembre.

"L'idée était de donner aux parties au conflit plus de temps pour trouver un accord sur le paiement des factures futures, ce afin d'éviter toute coupure d'eau", a expliqué dans un communiqué Patrick Vial, directeur régional du CICR pour l'Europe et l'Asie centrale.

"Nous allons bien sûr suivre de près la situation dans les zones touchées, et chercher des moyens de travailler avec toutes les parties pour remédier aux conséquences en cas de coupure d'eau", a-t-il promis.

dg-lap/abk