NOUVELLES
02/12/2016 09:45 EST | Actualisé 03/12/2017 00:12 EST

Paquebot géant contre maxi-trimarans dans une course folle sur l'Atlantique

D'un côté, l'un des plus gros paquebots du monde, le Queen Mary 2. De l'autre, les maxi-trimarans de stars de la voile. Qui traversera l'Atlantique en premier? Réponse fin juin 2017 au terme d'une course peu commune présentée vendredi.

A ma gauche, un titan des mers de 345 m de long, aux 17 ponts et à la gigantesque cheminée culminant à 72 mètres de haut. A ma droite, quatre multicoques ultra-profilés de 30 mètres de long, habitués à la chasse au record et dont les skippers sont des stars de la voile: les Français François Gabart (Macif), Francis Joyon (Idec), Thomas Coville (Sodebo) et Yves Le Blévec (Actual).

Tous s'élanceront le 25 juin 2017 de Saint-Nazaire (ouest de la France) direction New York, dans le cadre d'un projet baptisé The Bridge et présenté vendredi à Paris. La course doit durer 6 jours, puisque l'arrivée du Queen Mary 2 est prévue le 1er juillet.

En toute logique, le paquebot aux 28 noeuds (52 km/h) de vitesse de croisière est quasiment sûr de l'emporter face aux Formule 1 à voiles, capables d'accélérations à 35 noeuds (65 km/h). A moins que des conditions météo exceptionnelles permettent à David de terrasser Goliath.

"Selon les statistiques, il y a 10% de chance que le Queen Mary 2 soit battu", explique à l'AFP le concepteur de ce projet, Damien Grimont.

Une chose est sûre: "On mangera mieux et on dormira mieux à bord du Queen Mary 2", a plaisanté François Gabart, vainqueur du Vendée Globe 2013, lors de la conférence de presse de présentation.

Damien Grimont, passionné de la mer et ancien coureur au large - 2 fois la Route du Rhum - a eu cette idée folle il y a 5 ans, avec pour envie de départ de faire revenir le Queen Mary 2 à Saint-Nazaire, où il a été construit.

"Il y a 100.000 personnes qui ont travaillé sur ce bateau. La magie, le rêve que représente ce bateau a généré l'idée", assure M. Grimont.

- Festivités -

Les multicoques prendront leurs quartiers le 15 juin à Nantes, ville associée au projet. Ils rejoindront Saint-Nazaire par la Loire. Le Queen Mary 2, lui, arrivera en provenance de Southampton en Angleterre.

L'événement sera couplé avec les commémorations du Centenaire de la guerre de 1914-1918 à Saint-Nazaire. De nombreuses festivités sont prévues avant le départ, mais aussi à l'arrivée avec un concert de jazz à Central Park. La star française du basket américain Tony Parker est l'ambassadeur de The Bridge.

Le coût de l'affrètement du Queen Mary 2 est de 9 millions d'euros, une somme financée par de nombreuses entreprises qui ont acheté des cabines à bord. Sur les 1.300 cabines, 650 ont déjà été vendues aux entrepreneurs pour leurs clients, selon les organisateurs.

"Construire l'affrètement du Queen Mary 2 a pris deux ans et demi de travail avec les Anglais et la signature a pris un an et demi. J'ai vraiment cru qu'on n'y arriverait pas", se souvient M. Grimont.

Bateau de la compagnie britannique Cunard, le Queen Mary 2 avait quitté Saint-Nazaire le 22 décembre 2003 après deux ans de construction qui avaient fait de lui le plus grand et le plus cher paquebot jamais construit, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui. Le lancement avait été endeuillé par l'effondrement d'une passerelle faisant 15 morts et 28 blessés, le 15 novembre 2003.

"J'ai rencontré les familles des victimes. Ca a été un choc pour elles quand je leur ai dit que le Queen Mary allait revenir", souligne M. Grimont.

sc-pr/tba