NOUVELLES
02/12/2016 10:46 EST | Actualisé 03/12/2017 00:12 EST

Nouvelles violences entre les forces de sécurité et une milice dans le centre de la RDC

De nouvelles violences ont éclaté depuis mardi entre les forces de sécurité et les partisans d'un chef traditionnel tué en août dans le centre de la République démocratique du Congo, faisant plusieurs morts, selon deS sources concordantes.

"Mardi, la population avait décapité deux policiers accusés de viol. La quinzaine de policiers et militaires envoyés en renfort ont été la cible des hommes de Kamwina Nsapu qui les ont massacrés à l'arme blanche dans la nuit", a déclaré vendredi à l'AFP, sous couvert d'anonymat, un conseiller du gouverneur de la province du Kasaï (centre de la RDC).

L'attaque a eu lieu dans le village Kabeya-Lumbu, situé à 30 km de Tshikapa, capitale du Kasaï.

Depuis plus de trois mois, les provinces voisines du Kasaï sont le théâtre d'incursions meurtrières des partisans du chef traditionnel Kamwina Nsapu, tué en août par les forces de sécurité.

"J'ai vu une dizaine de policiers et militaires décapités ou tués à la machette aux alentours de 10h00 (8h00 GMT), leurs corps étaient toujours entre les mains des assaillants", a affirmé à l'AFP un journaliste congolais joint au téléphone depuis Kinshasa.

"La situation est sous contrôle", a réagi le ministre de l'Intérieur de la province du Kasaï, Daniel Katombola interrogé par l'AFP, refusant "catégoriquement" de "dresser un bilan d'une opération en cours".

Selon une source aéroportuaire à Tshikapa, un avion de marque Antonov transportant "des troupes a fait deux rotations, ramenant des renforts de Kinshasa".

Fin septembre, les partisans du chef coutumier tué avaient pris le contrôle de l'aéroport national de Kananga au Kasai central voisin, pendant plusieurs heures, avant d'en être délogés au cours d'affrontements qui, selon les sources; ont fait entre 49 et 100 morts.

bmb/mbb/jpc