NOUVELLES
02/12/2016 06:40 EST | Actualisé 03/12/2017 00:12 EST

Manifestation à Istanbul contre le "massacre" à Alep

Près de 1.000 personnes ont manifesté vendredi à Istanbul pour demander la fin du "massacre" à Alep, où les forces du régime syrien appuyées par la Russie mènent une offensive contre les quartiers rebelles, ont constaté des journalistes de l'AFP.

"Assad l'assassin devra rendre des comptes !", ont scandé les manifestants qui brandissaient des banderoles proclamant "Nous sommes avec le peuple d'Alep contre la tyrannie" ou encore "Ce n'est pas Alep, mais l'humanité tout entière qui est bombardée".

Les manifestants, rassemblés devant l'Université d'Istanbul à l'appel d'organisations étudiantes islamiques, ont également conspué la Russie, qui soutient le régime syrien de Bachar al-Assad, demandant qu'elle "dégage de Syrie".

Deuxième ville de Syrie et principal enjeu du conflit qui ensanglante le pays depuis 2011, Alep est divisée entre une partie Est tenue par les rebelles et une partie Ouest aux mains des forces loyales au président syrien.

Ces dernières cherchent coûte que coûte à reprendre Alep-Est, mais faisaient face vendredi à une résistance acharnée, après avoir enregistré d'importants gains ces derniers jours.

Plus de 300 civils, dont des dizaines d'enfants, ont été tués à Alep-Est, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

"On a de la peine pour Alep, quand on voit ces femmes et bébés massacrés, on ressent cette peine", déclare à l'AFP Sebil, une étudiante qui préfére ne pas donner son nom.

Nombre des manifestants ont par ailleurs dénoncé la "passivité" du gouvernement turc. Le président Recep Tayyip Erdogan, qui soutient les rebelles syriens, n'a condamné que du bout des lèvres la mort de civils à Alep.

"Rester des observateurs de ce massacre est quelque chose d'absolument intolérable. Nous pensons qu'Ankara doit hausser le ton", affirme à l'AFP un autre manifestant, Ramazan Kaya.

bur-gkg/ezz/prh