NOUVELLES
02/12/2016 04:02 EST | Actualisé 03/12/2017 00:12 EST

L'Iran appelle le Kenya à libérer deux de ses avocats

Téhéran a appelé vendredi le Kenya à libérer deux de ses citoyens inculpés cette semaine pour préparation d'un acte terroriste par un tribunal de Nairobi pour avoir filmé l'ambassade israélienne.

"Sayed Nasrollah Ebrahimi et Abdolhosein Gholi Safaee sont des avocats officiels du ministère de la Justice (...) qui s'étaient rendus à Nairobi pour le compte des familles de deux prisonniers iraniens au Kenya, dans une mission de suivi juridique", a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Bahram Ghasemi.

Les deux Iraniens ainsi que leur chauffeur kényan ont été arrêtés mardi par la police antiterroriste après qu'ils eurent filmé l'ambassade israélienne à bord d'une voiture appartenant à l'ambassade iranienne, selon l'acte d'accusation.

Le tribunal a ordonné jeudi leur maintien en détention provisoire.

Le procureur a par ailleurs assuré devant le tribunal que les trois hommes s'étaient également rendus à la prison de Kamiti, en banlieue de Nairobi, pour rencontrer deux autres Iraniens purgeant des peines de 15 ans de prison pour possession d'explosifs.

Dans un communiqué, M. Ghasemi a qualifié l'arrestation des deux avocats de "malentendu" après "l'intervention d'une tierce partie dans le dossier", appelant à la libération immédiate des deux hommes.

L'ambassadeur kényan a été convoqué jeudi au ministère des Affaires étrangères et Téhéran a protesté contre "l'intervention hostile d'une tierce partie dans un dossier clos, sans doute avec l'intention de porter atteinte aux bonnes relations irano-kényanes", a assuré M. Ghasemi, sans mentionner spécifiquement l'Etat hébreu.

L'Iran est considéré par Israël comme son ennemi numéro un.

an/cmk