NOUVELLES
02/12/2016 05:42 EST | Actualisé 03/12/2017 00:12 EST

Coupe du monde messieurs - Super-G de Val d'Isère: déclarations

Kjetil Jansrud (NOR, 1er): "J'étais très nerveux après l'annulation de Lake Louise, mais aussi content de courir avec cette reprise à Val d'Isère de l'étape également annulée à Beaver Creek.

Tout ce stress s'est enfin libéré aujourd'hui. C'était dur d'être agressif sur cette neige et ce tracé. Le plus important était de faire une course propre et toujours garder de la vitesse. Aucun concurrent d'ailleurs n'a fait la course parfaite. Je me suis entraîné très dur pour en arriver là. Chaque jour à l'entraînement, avec Aksel nous sommes à la lutte, et je savais qu'il avait retrouvé son niveau. Il y avait beaucoup d'émotion dans le final avec mes équipiers. Peu importe qui gagne, pourvu que ce soit un Norvégien. (Sur la nouvelle règle d'attribution des dossards) Je pense qu'il y a un côté stratégique intéressant. Par exemple (son compatriote) Aleksander Kilde (22e) avait choisi le 3. Mais il n'avait pas assez d'informations en retour des coaches".

Aksel Lund Svindal (NOR, 2e): "J'étais aussi nerveux. Le jour de course arrive, c'est différent, tu es obligé de donner le meilleur et les sensations sont différentes avec l'adrénaline. Je suis content car je n'ai pas commis de grosse faute. Le chirurgien et les médecins m'avaient conseillé d'arrêter ma carrière, en précisant néanmoins que la décision me revenait. Ces derniers temps, j'envoyais des photos de mon genou droit (opéré fin janvier) aux médecins pour avoir un avis. Je dois écouter mon corps et, en dehors des courses, éviter le plus possible les impacts".

asc/dmk