NOUVELLES
02/12/2016 01:49 EST | Actualisé 03/12/2017 00:12 EST

Arabie saoudite: nouvelles attaques informatiques contre le gouvernement

De nouvelles attaques informatiques ont visé les ordinateurs du gouvernement saoudien, rapporte vendredi le journal local Arab News.

Le Centre national saoudien de cybersécurité (NCSC) "a détecté des attaques électroniques destructives contre plusieurs agences gouvernementales et établissements vitaux", précise Arab News.

Parmi les cibles figure le secteur des Transports, ajoute le journal sans plus de précisions.

Le NCSC avait mis en garde le 19 novembre contre "des menaces organisées visant à mettre certaines agences hors service", précise Arab News.

Des pirates essayaient depuis l'étranger d'implanter un logiciel malveillant ou un virus pour perturber les données des usagers de ces agences, ajoute le journal.

Le groupe de sécurité informatique américain Symantec a affirmé mardi que le logiciel malveillant Shamoon qui efface le contenu des disques durs "a fait un retour surprise et a été utilisé dans une nouvelle vague d'attaques contre des cibles en Arabie saoudite".

Shamoon a été employé dans des attaques contre le secteur saoudien de l'énergie en 2012 et "est en grande partie inchangé par rapport à la version utilisée il y a quatre ans", selon Symantec.

"Les auteurs de l'attaque semblent avoir fait un gros travail de préparation pour l'opération", ajoute le groupe.

"Le logiciel malveillant a été configuré avec des mots de passe qui semblent avoir été volés à des organisations prises pour cible et qui ont été vraisemblablement utilisés pour permettre la propagation de la menace à travers le réseau de l'organisation visée", ajoute Symantec.

Le groupe de sécurité informatique n'a pas identifié les auteurs de l'attaque qui remonte au 17 novembre ni les organismes touchés en Arabie saoudite.

"Cependant, les auteurs de l'attaque veulent clairement attirer l'attention de leurs cibles", ajoute Symantec.

En août, les médias saoudiens avaient rapporté des cyberattaques visant plusieurs institutions de l'Etat ainsi que des structures vitales qu'ils n'avaient pas identifiées.

Lors des cyberattaques au Shamoon en 2012 contre la compagnie pétrolière Saudi Aramco et la compagnie gazière qatariote RasGas, des responsables des renseignements américains avaient soupçonné une implication de l'Iran, rival régional de l'Arabie saoudite.

it/ak/feb/iw

SYMANTEC