NOUVELLES
29/11/2016 01:25 EST | Actualisé 29/11/2016 01:41 EST

La Banque Laurentienne face à une menace de retrait des avoirs des syndicats FTQ

CP

Des syndiqués FTQ de la Banque Laurentienne, où un processus de désyndicalisation a été lancé, menacent de demander à tous les syndicats affiliés à la centrale et aux membres de la FTQ d'y retirer leurs avoirs.

La section locale 434 du Syndicat des employés professionnels et de bureau (SEPB), affilié à la FTQ, a reçu mardi l'appui du millier de congressistes de la FTQ, qui ont adopté une résolution d'urgence à cet effet.

La Banque Laurentienne est la seule banque dont les employés sont syndiqués au Québec. C'est d'ailleurs pour cette raison que la grande majorité des syndicats affiliés à la FTQ font affaire avec cette banque, a précisé au cours d'une entrevue avec La Presse canadienne Kateri Lefebvre, directrice exécutive du SEPB-Québec.

Le SEPB-Québec allègue que la direction de la Banque Laurentienne se serait immiscée dans le processus de désyndicalisation mené par certains employés. Une plainte à cet effet a même été déposée devant le Conseil canadien des relations industrielles _ l'équivalent d'un tribunal du travail pour les entreprises de compétence fédérale.

Mme Lefebvre affirme que s'il y avait ultimement désyndicalisation, les syndicats de la FTQ n'auraient plus de raison de laisser leurs avoirs dans cette banque. Ils seraient alors invités à mettre fin à toute relation avec la banque.

"Si le résultat est celui qu'on se retrouve à la fin de la période sans syndicat, bien écoutez: il n'y a plus de raisons pour lesquelles les syndicats affiliés restent, font affaire avec la Banque Laurentienne", a lancé Mme Lefebvre.

La FTQ compte plus de 5000 syndicats locaux, dans toutes les régions du Québec, regroupés dans 35 grands syndicats.

La menace touche non seulement les syndicats affiliés à la FTQ, mais également les membres de la FTQ.

"Avec la résolution que les membres ont adoptée aujourd'hui (mardi), on comprend que les syndicats affiliés et les membres de la FTQ pourraient, s'il y a désyndicalisation des employés de la Banque, retirer leurs avoirs et mettre fin à toutes relations avec celle-ci", a prévenu de son côté Josée Cioffi, présidente de la section locale 434 du SEPB-FTQ.

La FTQ représente quelque 600 000 membres au Québec, ce qui en fait la plus grande centrale syndicale au Québec.

Jointe au téléphone et par courriel, la Banque Laurentienne n'a pas encore émis ses commentaires.