NOUVELLES
28/11/2016 09:53 EST | Actualisé 29/11/2017 00:12 EST

Tokyo doit reprendre le contrôle de ses coûts pour les JO de 2020

Face aux dépassements de coûts, le Comité international olympique (CIO) a vivement appelé lundi aux organisateurs des Jeux de Tokyo à faire preuve d'un « engagement sans faille ».

« Organiser des Jeux olympiques est un processus intense qui nécessite de la créativité, de la discipline et une collaboration entre de multiples personnes et parties prenantes », a déclaré le président du CIO Thomas Bach, dans un message vidéo diffusé lors d'une rencontre à Tokyo.

« Par dessus tout cela exige un engagement sans faille », a-t-il ajouté.

Le CIO craint que les dépassements de coûts viennent miner l'organisation du plus important des rendez-vous sportifs internationaux et compromettre la réussite des Jeux d'été 2020.

Cette rencontre de trois jours consacrée à un retour sur le déroulement des Jeux de Rio, l'été dernier, a rassemblé de hauts responsables du CIO, des organisateurs des Jeux olympiques de Rio et de Tokyo, ainsi que des représentants des villes qui accueilleront les prochains Jeux d'hiver, Pyeongchang (Corée du Sud) pour 2018 et Pékin (Chine) pour 2022.

Parmi les personnalités présentes, il y avait la nouvelle gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike, et le maire de Rio de Janeiro, Eduardo Paes.

Mme Koike, élue fin juillet, s'est engagée dans une bataille de réduction des coûts des JO 2020.

À l'occasion de la réunion de Tokyo, elle a dit vouloir apprendre du Brésil, où une partie des matériaux d'équipements olympiques ont été recyclés pour construire une école.

« En suivant l'exemple des efforts menés par Rio ainsi que la longue expérience, la sagesse et les connaissances du CIO, nous voulons introduire l'esprit de type "quel gâchis!" dans l'organisation des Jeux », a déclaré Mme Koike dans une allusion à la prise de conscience des gaspillages.

Tokyo cherche les moyens d'économiser sur plusieurs fronts, après avoir constaté que les coûts pourraient atteindre quelque 28 milliards d'euros, quatre fois plus que l'estimation initiale, et presque le triple de la somme consacrée aux Jeux de Londres en 2012.

Mme Koike et M. Bach ont décidé le mois dernier de constituer un groupe de travail afin de tenter de contrôler les coûts.