NOUVELLES
28/11/2016 06:15 EST | Actualisé 29/11/2017 00:12 EST

Syrie: Boris Johnson réclame un "cessez-le-feu immédiat" à Alep

Le ministre des Affaires étrangères britannique Boris Johnson a réclamé lundi un "cessez-le feu-immédiat" à Alep, appelant la Russie et l'Iran à user de leur influence sur le régime syrien pour éviter une "catastrophe humanitaire".

Les rebelles ont perdu le tiers de leur bastion d'Alep-Est, submergés par la vaste opération terrestre et aérienne lancée le 15 novembre par les forces du régime du président Bachar al-Assad et ses soutiens.

"L'attaque fait courir le risque d'une catastrophe humanitaire", déclare le chef de la diplomatie britannique dans un communiqué.

"J'appelle ceux qui ont une influence sur le régime, en particulier la Russie et l'Iran, à l'utiliser pour mettre un terme à l'offensive dévastatrice sur Alep-Est", ajoute-t-il.

"Nous avons besoin d'un cessez-le-feu immédiat à Alep", insiste M. Johnson, qui demande également à ce que des acteurs humanitaires "impartiaux" puissent disposer d'un "accès immédiat" aux "civils vulnérables fuyant les combats".

Les civils d'Alep-Est vivent dans des conditions extrêmement difficiles, manquant de vivres et de médicaments, en raison du siège imposé depuis juillet par le régime et des bombardements incessants dénoncés par l'ONU.

Une perte d'Alep-Est infligerait aux différents groupes insurgés -qui vont des "modérés" aux islamistes alliés à des jihadistes- leur pire défaite depuis le début du conflit syrien en 2011.

eg/mc/rap