POLITIQUE
28/11/2016 12:17 EST | Actualisé 28/11/2016 12:17 EST

Le PQ veut étaler le remboursement des dons illégaux au DGEQ

duckiemonster/Flickr

QUÉBEC – Le Parti québécois veut s’entendre sur des modalités de paiement pour rembourser les dons illégaux réclamés par le Directeur général des élections du Québec (DGEQ).

Ce dernier lui réclame près de 250 000$ en vertu des nouveaux pouvoirs qui lui sont accordés depuis l’adoption du projet de loi 101 au printemps dernier qui met fin au délai de prescription de cinq ans pour réclamer le remboursement d’une contribution illégale.

Le PLQ a déjà retourné plus de 551 000$ depuis que le DGEQ a distribué ses premiers avis de cotisation l’été dernier. La CAQ, elle, a remboursé plus de 35 000$ en dons illégaux de l’époque de l’ADQ. Les premiers avis de cotisation couvrent la période 2006-2011, mais d’autres réclamations pourraient suivre.

«On est encore en discussion avec le DGEQ, que ce soit sur les sommes ou sur les modalités de paiement», explique le porte-parole du PQ, Yanick Grégoire.

Il confirme que l’étalement des paiements dans le temps «fait partie des discussions». Le parti poursuit également la vérification des sommes réclamées par le DGEQ.

«Ce qui est certain, c’est qu’on a l’intention de rembourser. On va le faire. Ça va être fait avant les prochaines élections générales, ça, c’est certain, ajoute Yanick Grégoire. Mais, à ce moment-ci, il est un peu trop tôt encore.»

Il faut dire que les finances du PQ sont serrées. En 2015, le parti a engrangé un maigre surplus de 35 367$, bon dernier derrière le PLQ (5,7 millions$, dont 4,3 millions$ provenant de la vente de son siège social), la CAQ (413 477$) et QS (183 747$). Le PQ a également dû financer sa course à la chefferie l’automne dernier.

La semaine dernière, le chef de la CAQ, François Legault, a accusé le PQ de faire campagne avec de «l’argent sale» dans les quatre élections partielles en cours à travers la province.

Yanick Grégoire assure qu’il n’en est rien. «On ne fait pas campagne avec de l’argent sale, dit-il. L’argent qui est utilisé dans les partielles à l’heure actuelle a été amassé depuis le 1er janvier cette année.»

Il souligne que le PQ se classe premier en termes de financement populaire depuis le début de l’année.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Le saviez-vous? 16 faits insolites sur la politique provinciale Voyez les images