NOUVELLES
28/11/2016 08:30 EST | Actualisé 29/11/2017 00:12 EST

Le pape François se rendra en Irlande en 2018 (Premier ministre irlandais)

Le pape François se rendra en Irlande à l'occasion de la Journée mondiale des familles prévue fin août 2018 à Dublin, a annoncé lundi le Premier ministre irlandais, Enda Kenny, après avoir été reçu par le pontife argentin à Rome.

Le Vatican, qui n'a encore confirmé aucun voyage du pape pour 2017, même si plusieurs projets semblent bien avancés, n'a pas fait de commentaire.

"Le pape François est une voix importante pour les jeunes, les pauvres et les désavantagés. Je suis heureux qu'il vienne en Irlande en 2018", a écrit M. Kenny sur Twitter, avec une photo de lui et du pape éclatant de rire.

"Notre rencontre a été complètement détendue et très amicale", a-t-il indiqué au journal Irish Independent.

En juillet 2011, M. Kenny avait pourtant fustigé le "dysfonctionnement" et le caractère "déconnecté, élitiste et narcissique" du Vatican, après la publication d'un rapport sur plus d'une décennie d'agressions sexuelles commises par des prêtres sur des enfants en Irlande.

Le Saint-Siège avait ensuite rappelé son représentant en Irlande et Dublin avait fermé son ambassade, qui n'a été rouverte qu'en 2014.

"Je lui ai bien rappelé ses propres déclarations aux Etats-Unis, où je pense qu'il a été très clair sur les membres du clergé qui abusent d'enfants. Ces déclarations étaient très fortes et j'étais d'accord avec lui à 100%", a ajouté M. Kenny.

Le Premier ministre irlandais a émis l'espoir que François passe aussi en Irlande du Nord lors de son voyage, une étape qui avait été impossible pour Jean Paul II en 1979.

Plusieurs voix se sont cependant élevées en Irlande pour réclamer que la visite ne coïncide pas avec un éventuel référendum sur l'interdiction de l'avortement.

Dans un court communiqué sur l'entrevue entre le pape et M. Kenny, le Vatican a annoncé que la conversation avait porté "sur l'importance du rôle des chrétiens dans l'espace public, surtout pour promouvoir le respect de la dignité de chaque personne, à commencer par les plus faibles et sans défenses".

fcc/fio/mct