NOUVELLES
28/11/2016 03:26 EST | Actualisé 28/11/2016 03:26 EST

Lessard veut savoir pourquoi la dalle-jardin a été retirée des plans de Turcot

Le ministre des Transports du Québec, Laurent Lessard, souhaite savoir pourquoi le passage pour piétons et cyclistes prévu dans les plans du nouvel échangeur Turcot n'y figure plus. La passerelle, appelée la dalle-jardin ou la dalle-parc, permettait de relier le quartier Notre-Dame-de-Grâce et la ville de Westmount aux quartiers du sud-ouest de Montréal.

Un texte de René Saint-Louis

Depuis le lancement du projet Turcot en 2010, six ministres se sont succédé au ministère des Transports du Québec. Laurent Lessard est en poste depuis août dernier. Il ne sait donc pas qui a pris la décision de retirer du projet Turcot la seule structure pour piétons et cyclistes.

«Dans la vision d'un développement intégré qui voulait unir deux communautés par tous les moyens de transport, y compris le transport actif, ce n'est pas le bon message à envoyer. Maintenant, j'ai demandé qu'on vérifie quelles sont les contraintes, s'il y en a. S'il y a des décisions dans le passé qui ont été prises, je veux le savoir.» ― Laurent Lessard

Laurent Lessard reconnaît que les citoyens qui habitent les quartiers autour de l'échangeur s'attendent à ce que la dalle-jardin soit construite car c'est ce que leur avait promis son prédécesseur Sam Hamad en 2010.

Il dit en avoir parlé après la publication de notre reportage la semaine dernière avec sa collègue Kathleen Weil, qui est ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion mais surtout députée de la circonscription Notre-Dame-de-Grâce.

La passerelle devait relier les quartiers situés en haut de la falaise Saint-Jacques, comme Notre-Dame-de-Grâce, à ceux situés en bas comme le Sud-Ouest, Lachine et LaSalle.

Des organismes comme Piétons Québec, le Centre d'écologie urbaine de Montréal et le Comité de bon voisinage Turcot réclament que la dalle-jardin soit immédiatement réintégrée au projet, d'autant plus que son coût de construction n'est estimé qu'a seulement 1 % du budget total du nouvel échangeur.