NOUVELLES
28/11/2016 01:55 EST | Actualisé 29/11/2017 00:12 EST

Koweït: démission du gouvernement après les législatives

Le gouvernement koweïtien a présenté lundi sa démission à l'émir du riche émirat pétrolier du Golfe, après les élections législatives anticipées de samedi, a-t-on annoncé de source officielle.

La Constitution prévoit que le cabinet démissionne après un scrutin législatif.

Une fois la démission acceptée, l'émir, cheikh Sabah al-Ahmed Al-Sabah, chargera le Premier ministre sortant, cheikh Jaber Moubarak Al-Sabah, ou un autre membre de la famille régnante de former un nouveau gouvernement.

Ce gouvernement doit être constitué avant que le Parlement n'ouvre sa législature dans les deux prochaines semaines.

Les groupes de l'opposition, notamment islamistes, et leurs alliés ont remporté samedi près de la moitié des 50 sièges du Parlement, ce qui soulève des craintes de nouveaux conflits et blocages politiques.

Le scrutin avait été convoqué après la dissolution du Parlement le 16 octobre, provoquée par une fronde de députés à la suite de l'augmentation des prix des produits pétroliers, un thème qui a été au coeur de la campagne électorale.

Dans ce pays de 4,4 millions d'habitants (dont 70% d'étrangers) qui se targue d'avoir été la première monarchie du Golfe dotée d'un système parlementaire (en 1962), le Parlement dispose de certains pouvoirs, notamment de contrôle de l'action du gouvernement et des ministres.

Mais le pouvoir réel demeure entre les mains de la famille Al-Sabah, qui règne depuis 250 ans.

oh/tm/hj