NOUVELLES
28/11/2016 04:26 EST | Actualisé 29/11/2017 00:12 EST

Irak: des centaines de sous-traitants réclament au gouvernement d'être payés

Des centaines d'entrepreneurs ont manifesté lundi à Bagdad pour réclamer au gouvernement irakien le paiement de contrats de construction passés depuis 2014, alors que le budget de l'Etat est plombé par la baisse des prix du pétrole et la guerre contre les jihadistes.

"Nous sommes venus de tout le pays. Nous avons fait notre travail mais nous n'avons pas été payés, et maintenant nous sommes endettés vis-à vis de nos fournisseurs", a déclaré à l'AFP Thaer Ali, directeur d'une compagnie de BTP dans la province irakienne de Wassit (sud-est).

D'après plusieurs manifestants rassemblés devant le ministère des Finances, le gouvernement a cessé de payer ses commandes pour des écoles, routes et hôpitaux fin 2014, année pendant laquelle le groupe Etat islamique (EI) s'est emparé de vastes pans de territoire au terme d'une offensive fulgurante.

"Nous avons été patients car l'Irak traversait une période très difficile à cause de l'EI, mais la situation est meilleure et les prix du pétrole ont remonté", a commenté Rowhi al-Araji, vice-président de la fédération nationale des sous-traitants, qui a participé à l'organisation de la manifestation.

"Nous exigeons le paiement rapide de ces contrats, comme le gouvernement le fait avec les compagnies étrangères", a-t-il ajouté, en réclamant "au moins 40% de ce qui nous est dû".

Selon les estimations de sa fédération, le gouvernement irakien doit quelque 12 milliards de dollars (11,3 milliards d'euros) à ses sous-traitants.

Le budget de l'Irak, dont l'économie est en très grande partie dépendante des recettes pétrolières, a énormément pâti des conséquences de la chute des prix du brut et des coûts militaires engendrés par la lutte contre l'EI.

Avec l'appui d'une coalition internationale emmenée par Washington, les forces irakiennes sont parvenues à reprendre de nombreux secteurs aux jihadistes et ont lancé mi-octobre une offensive pour reprendre leur bastion de Mossoul, dans le nord du pays.

ak-dab/jmm/mer