NOUVELLES
28/11/2016 00:14 EST | Actualisé 29/11/2017 00:12 EST

GB: May reçoit son homologue polonaise pour évoquer le Brexit

La Première ministre britannique Theresa May recevait lundi son homologue polonaise Beata Szydlo à Downing Street pour des discussions essentiellement centrées sur les conséquences du Brexit.

Cette rencontre intervient cinq mois après le vote des Britanniques en faveur de la sortie de l'Union européenne, qui nourrit les inquiétudes à Varsovie concernant le sort des quelque 800.000 Polonais partis vivre au Royaume-Uni, où ils constituent l'une des plus importantes minorités nationales.

"Je suis déterminée à faire en sorte que le Brexit ne fragilise pas nos liens avec la Pologne, mais serve au contraire de catalyseur pour les renforcer", a déclaré dans un communiqué la conservatrice Theresa May, avant la rencontre entre les deux chefs de gouvernement accompagnées de 14 ministres.

"Nous espérons, et je pense que le reste de l'Europe aussi, que les futures relations avec l'UE seront aussi étroites que possible et basées sur des principes de proportionnalité et d'équilibre quant aux droits et obligations", a écrit la Première ministre polonaise dans une tribune dans le Daily Telegraph lundi.

"Nous avons besoin d'un bon compromis qui offre à nos deux pays les meilleures options de coopération économique et en matière de sécurité. La Pologne sera un partenaire constructif, mais l'initiative pour fixer les ambitions et attentes du Royaume-Uni quant à ses relations avec l'UE doit venir de Londres", a-t-elle ajouté.

Mme May a annoncé qu'elle déclencherait d'ici à fin mars 2017 la procédure officielle en vue de la sortie effective du Royaume-Uni de l'UE.

La Première ministre britannique souhaite réduire l'immigration en provenance de l'UE tout en conservant un accès "maximal" au marché unique pour les sociétés britanniques, ce qu'ont exclu les dirigeants européens favorables au maintien de la libre-circulation des personnes.

Une recrudescence d'agressions contre des étrangers, notamment contre des Polonais, a été signalée depuis le référendum du 23 juin.

Les ministres polonais des Affaires étrangères et de l'Intérieur se sont rendus à Londres début septembre après une attaque contre deux de leurs ressortissants à Harlow. Quelques jours plutôt, un ouvrier polonais avait été tué dans cette même ville, située au nord-est de Londres, par une bande de jeunes.

Le ministre britannique de la Défense, Michael Fallon, a par ailleurs confirmé lundi le prochain déploiement, en avril 2017, d'environ 150 soldats en Pologne dans le cadre du renforcement de la défense européenne face à la Russie.

bur-jk/at