NOUVELLES
28/11/2016 16:19 EST | Actualisé 29/11/2017 00:12 EST

Délais déraisonnables : Véronique Hivon parle d'une « hécatombe » judiciaire

La députée péquiste Véronique Hivon demande au gouvernement d'ajouter des ressources dans le système judiciaire afin d'éviter que des criminels présumés ne subissent pas leur procès en raison des délais déraisonnables.

La porte-parole du Parti québécois en matière de justice, Véronique Hivon, prévoit une « hécatombe » dans le système de justice criminelle au Québec si des ressources supplémentaires ne sont pas investies rapidement.

En point de presse mardi, elle a lancé un appel à la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, pour qu'elle et le gouvernement agissent afin que les causes criminelles soient entendues rapidement devant les tribunaux.

Elle réclame l'ajout de personnel dans le système de justice et un état des lieux sur le nombre de procès qui ne se tiendront pas en raison de délais déraisonnables.

Depuis l'arrêt Jordan de la Cour suprême, qui a fixé des balises strictes pour qu'un criminel soit jugé dans un délai raisonnable, plusieurs accusés ont profité de la lenteur du système judiciaire en obtenant la fin des procédures à leur endroit.

Le cas récent de Luigi Coretti, qui a demandé et obtenu un arrêt des procédures en invoquant l'arrêt Jordan, est représentatif de cette hécatombe évoquée par la députée.

Vendredi dernier, un des coaccusés de l'ex-maire de Laval Gilles Vaillancourt, l'ancien employé de la firme Dessau Serge Duplessis, a demandé un arrêt des procédures pour les mêmes motifs.

Plus de trois ans après la rafle de l'Unité permanente anticorruption à Laval, le procès n'a pas encore commencé.