Vivre

Polémique au Maroc après la diffusion d'une démonstration de maquillage pour femmes battues

Il faut le voir pour le croire.

La séquence est proprement surréaliste. Vendredi 25 novembre, l'émission matinale d'une chaîne de télévision publique marocaine a diffusé une démonstration de maquillage pour femmes battues, à l'occasion de la Journée internationale de la lutte contre les violences faites aux femmes.

Installée dans un fauteuil, le visage faussement tuméfié, une femme s'est prêtée à ce "tuto maquillage", destiné à apprendre aux femmes battues à cacher leurs ecchymoses. L'émission matinale "Sabahiyate", diffusée sur la chaîne 2M, a voulu "montrer le type de maquillage à utiliser quand une femme est battue".

"Le vert est utilisé à l'aide d'un pinceau pour camoufler la partie rougeâtre", "un correcteur orange puis jaune, puis un fond de teint" permettent de recouvrir l'œil au beurre noir, explique la présentatrice, disant "espérer avoir donné des solutions aux femmes qui ont besoin de ces conseils, afin qu'elles puissent elles aussi continuer à vivre et se rendre à leur travail".

Diffusée mercredi matin, la séquence est passée inaperçue. Mais l'émission, mise en ligne jeudi sur le site internet de la chaîne, a été repérée par des internautes et suscitait vendredi une foule de commentaires outragés sur les réseaux sociaux. Elle a été retirée du site de la chaîne dans la foulée.

"2M a donc décidé de célébrer la Journée internationale de la lutte contre les violences faites aux femmes avec du maquillage anti-coups!", s'emportait un internaute.

"La chaîne 2M vous propose mesdames et demoiselles la solution pour cacher le bleu de votre visage si vous vous faites défoncer la gueule par votre mari ou père ou frère", commentait un autre. "Oeil au beurre noir, des bleus, pas grave! La maquilleuse de 2M a le produit miracle", ironisait un troisième.

Dans un communiqué diffusé vendredi, la direction de 2M a jugé la "rubrique complètement inappropriée" et présenté "ses excuses les plus sincères pour cette erreur d'appréciation, (...) compte tenu de la sensibilité et de la gravité du sujet".

Selon l'ONG internationale Human Rights Watch, "les brutalités commises à l'encontre des femmes sont monnaie courante" au Maroc. "Une étude effectuée en 2009-2010 par le gouvernement a établi que près des deux tiers des femmes avaient subi des violences physiques, psychologiques, sexuelles ou économiques. Parmi elles, environ 55% ont signalé avoir subi des violences conjugales", selon l'ONG.

VOIR AUSSI: