NOUVELLES
26/11/2016 08:35 EST | Actualisé 27/11/2017 00:12 EST

Pétrole: l'Opep doit arriver à un consensus avant tout accord avec la Russie (ministre russe)

La Russie "continue de participer aux consultations" entre pays producteurs de pétrole en vue d'arriver à une limitation concertée de l'offre mais ne s'y joindra qu'une fois un accord trouvé au sein de l'Opep, a indiqué samedi le ministre russe de l'Energie.

A l'approche de sa réunion du 30 novembre à Vienne, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) est engagée dans de difficiles tractations entre ses membres et d'autres pays producteurs non membres du cartel, comme la Russie, afin d'arriver à une décision de nature à faire remonter les prix, plombés par la surabondance de l'offre.

"Nous sommes solidaires de la position suivante: les pays de l'Opep doivent arriver à un consensus au sein de l'organisation, avant que les pays non membres ne puissent se joindre à un accord", a déclaré Alexandre Novak, cité par les agences russes.

"La Russie garde un état d'esprit positif concernant un accord et continue de participer aux consultations avec ses partenaires", a-t-il ajouté.

Vendredi, les cours du pétrole ont nettement reculé, le marché craignant que la Russie, l'un des premiers producteurs mondiaux avec l'Arabie saoudite et les Etats-Unis, ne se joigne pas aux efforts de réduction de la production.

Les pays de l'Opep se sont dits prêts à abaisser leurs quotas de production, même si certains désaccords persistent concernant notamment l'Irak. Bagdad veut pouvoir augmenter sa production, invoquant les besoins liés à la reprise de Mossoul.

La Russie veut de son côté non pas réduire mais geler sa production, qui a fortement augmenté depuis plusieurs mois pour dépasser 11 millions de barils par jour, un record depuis la fin de l'URSS.

M. Novak a assuré jeudi qu'une telle mesure reviendrait à "une baisse de 200 à 300.000 barils par jour par rapport à la croissance prévue". Il a indiqué alors que l'Opep demandait aux pays non membres une réduction de production de 500.000 barils par jours environ.

Le PDG du géant pétrolier français Total, Patrick Pouyanné, a estimé jeudi qu'un accord n'était possible entre pays producteurs "que si" la Russie y participait.

gmo/ib