NOUVELLES
26/11/2016 06:14 EST | Actualisé 27/11/2017 00:12 EST

Pakistan: le général Bajwa nouveau chef de l'armée (officiel)

Le général Qamar Javed Bajwa a été nommé samedi chef d'état-major du Pakistan, poste central dans un pays où l'armée joue un rôle prépondérant, et succède ainsi au très populaire général Raheel Sharif.

"Le président Mamnoon Hussain, sur l'avis du Premier ministre Nawaz Sharif, a promu le lieutenant général Qamar Javed Bajwa au rang de général et l'a nommé chef d'état-major", a annoncé à l'AFP un porte-parole de M. Sharif.

Actuellement inspecteur général en charge de la formation et de l'évaluation militaire au siège général de l'armée à Rawalpindi, le général appartient à un régiment dont ont déjà été issus trois chefs de l'armée.

Il était souvent cité parmi les candidats possibles au poste, mais ne faisait néanmoins pas office de favori, contrairement au général Zubair Hayat, plus gradé et actuellement en charge des opérations et du renseignement militaire.

Le choix "était à la discrétion du Premier ministre et il a pris sa décision", a commenté l'analyste pakistanais Imtiaz Gul, spécialiste de questions de sécurité.

"Beaucoup de considérations entrent en jeu, et pas uniquement le grade. Cela peut apparaître un peu surprenant mais pas inattendu", a-t-il ajouté.

Le général Bajwa succède au général Raheel Sharif, dont le mandat de trois ans s'achève le 29 novembre.

Ce dernier, que nombre de Pakistanais espéraient voir prolongé à son poste, est extrêmement populaire au Pakistan où beaucoup lui sont reconnaissants d'avoir orchestré une vaste offensive contre les groupes islamistes armés, qui a permis de nettement diminuer le niveau de violence dans le pays.

L'armée joue un rôle prépondérant dans la vie politique du Pakistan, pays doté de l'arme nucléaire, d'autant que le pouvoir civil est souvent perçu comme corrompu et inefficace.

Le gouvernement de Nawaz Sharif est englué depuis des mois dans des accusations de corruption et peine à se faire entendre sur les questions de défense et de politique étrangère, sur lesquelles l'armée garde le contrôle.

D'importants défis attendent le général Bajwa, estiment les analystes qui citent notamment l'hostilité grandissante de l'Inde sur la question du Cachemire, la détérioration de la situation en Afghanistan, le rapprochement entre des groupes armés locaux et l'organisation Etat islamique (EI), et l'arrivée au pouvoir de Donald Trump aux Etats-Unis.

L'armée n'a pas précisé la date de la cérémonie de passation de pouvoir.

jaf/ahe/cls