NOUVELLES
26/11/2016 07:02 EST | Actualisé 27/11/2017 00:12 EST

L'Afrique en bref du samedi 26 novembre à 16H00 GMT

Voici les principaux événements survenus en Afrique au cours des dernières 24 heures:

Afrique-Castro

JOHANNESBURG - Plusieurs responsables africains ont réagi à la mort du dirigeant cubain Fidel Castro dont le régime a entretenu des liens étroits avec différents pays du continent.

"Le président Castro s'est identifié à notre lutte contre l"apartheid. Il a inspiré le peuple cubain à se joindre à notre propre lutte", a déclaré le président sud-africain Jacob Zuma, appelant à développer les "liens forts de solidarité, coopération et indemnité" entre les deux pays.

La présidente de la commission de l'Union africaine Nkosazana Dlamini Zuma a de son côté souligné que "le Commandant Fidel Castro était un vrai révolutionnaire qui a aidé à la libération et au développement socio-économique de l'Afrique et des pays en développement".

Francophonie-sommet

ANTANANARIVO - Le président français François Hollande a appelé samedi à renforcer la coopération contre la radicalisation islamiste au sein de l'espace francophone, à l'occasion du 16e sommet de la Francophonie à Antananarivo, où le thème de la lutte contre le terrorisme doit être abordé.

"La France soutient la mise en place d'un réseau francophone de lutte contre la radicalisation pour échanger des informations, partager des pratiques efficaces et mettre en place des programmes partout où c'est nécessaire", a déclaré M. Hollande lors de la cérémonie d'ouverture.

Auparavant, le sommet avait été officiellement ouvert par le président malgache Hery Rajaonarimampianina qui avait évoqué la crise des migrants et appelé à "multiplier les initiatives pour un monde plus juste".

Le président tchadien Idriss Deby, nigérien Mahamadou Issoufou ou burkinabè Roch Marc Christian Kaboré - élus ou réélus au cours des douze derniers mois - font partie des leaders présents à Antananarivo ce week-end.

"La Francophonie doit être aux côtés des peuples qui se battent pour leurs aspirations à des élections libres et transparentes", a aussi déclaré François Hollande devant une vingtaine de chefs d'Etat et de gouvernement, dont Ali Bongo récemment réélu au Gabon dans des conditions controversées.

L'organisation regroupe 54 Etats membres, 23 observateurs et 3 membres dits associés.

Une déclaration doit être signée dimanche pour clôturer ce sommet biennal dont le thème officiel est "croissance partagée, développement responsable et conditions de stabilité du monde et de l'espace francophone".

Somalie-attentat

MOGADISCIO - Au moins huit personnes ont été tuées samedi par l'explosion d'une voiture piégée près d'un marché de la capitale somalienne Mogadiscio, a indiqué à l'AFP un responsable de la police locale en soulignant que le bilan risquait de s'alourdir.

Selon des sources médicales, l'attentat aurait fait près d'une trentaine de morts. L'explosion n'a pas été immédiatement revendiquée mais les soupçons se portent sur les insurgés islamistes shebab, affiliés à Al-Qaïda et qui ont juré la perte du gouvernement somalien.

AfSud-économie-politique

JOHANNESBURG - L'Afrique du Sud a échappé à une dégradation de sa note financière, mais les agences Fitch puis Moody's l'ont mise en garde sur les risques que faisaient peser sur sa fragile économie les vives tensions politiques autour de son président Jacob Zuma.

Dans un avis publié dans la nuit de vendredi à samedi, Moody's a laissé inchangée sa note Baa2 avec perspective négative attribuée à l'Afrique du Sud, le pays le plus développé du continent, mais l'a pressée de mettre en oeuvre rapidement des réformes de soutien à la croissance.

Quelques heures auparavant, Fitch avait également maintenu sa note BBB- mais abaissé sa perspective de "stable" à "négative".

Depuis des années, la machine économique sud-africaine tourne au ralenti, victime notamment de la chute des cours des matières premières. Les investisseurs étrangers doutent de la capacité du président Zuma, affaibli par une série de scandales de corruption, à faire redémarrer l'économie.

JOHANNESBUREG - Le président sud-africain Jacob Zuma, englué dans les scandales de corruption, sera entendu le 3 décembre par la "commission intégrité" du Congrès national africain (ANC) au sujet de "l'état" du parti, a annoncé vendredi la formation au pouvoir.

SoudanSud-ONU

JUBA - Le gouvernement du Soudan du Sud a annoncé vendredi avoir accepté le déploiement à Juba d'une force militaire additionnelle sous mandat de l'ONU, après plusieurs mois d'atermoiements.

Aucun détail n'a été apporté sur les modalités de ce déploiement, son calendrier ou sa localisation exacte dans la capitale Juba.

Indépendant depuis 2011, le Soudan du Sud a plongé en décembre 2013 dans une guerre civile qui a fait des dizaines de milliers de morts et plus de 2,5 millions de déplacés.

Burkina-politique

OUAGADOUGOU - Luc Adolphe Tiao, dernier Premier ministre de l'ex-président burkinabè Blaise Compaoré, a bénéficié vendredi d'une liberté provisoire après plus de deux mois d'incarcération pour son rôle présumé dans la répression de l'insurrection populaire qui a chassé Compaoré du pouvoir en 2014.

M. Tiao et l'ensemble des 33 membres de son gouvernement y compris le président Compaoré - qui occupait les fonctions de ministre de la Défense - ont tous été mis en accusation en juillet 2015 par l'assemblée intérimaire mise en place après la chute du régime après 27 ans de pouvoir.

CôteIvoire-gouvernement

ABIDJAN - Le président ivoirien Alassane Ouattara a procédé vendredi à un mini-remaniement gouvernemental démettant deux ministres, dont celui des Affaires étrangères, issus de formations qui ont quitté la coalition présidentielle en raison d'un désaccord sur les législatives du mois prochain.

CôteIvoire-Burkina

OUAGADOUGOU - Trois sous-officiers burkinabè, considérés comme le "noyau dur" du coup d'Etat tenté au Burkina Faso en septembre 2015 par des membres de l'ex garde prétorienne du dirigeant déchu Blaise Compaoré, ont été arrêtés à Abidjan et transférés vendredi à Ouagadougou.

CôteIvoire-procès

ABIDJAN - Le procès dit "des disparus du Novotel" qui devait commencer lundi a été reporté à une date non précisée, a déclaré l'avocat des familles des victimes, quatre personnes, dont deux Français, enlevées et assassinées en 2011 à Abidjan en pleine crise post-électorale ivoirienne.

Maroc-femmes

RABAT - Une chaîne de la télévision publique marocaine s'est excusée vendredi après la diffusion "inappropriée" d'une séquence de maquillage pour cacher les ecchymoses des femmes battues, une émission qui a suscité de vives critiques sur les réseaux sociaux.

Mozambique-animaux

MAPUTO - Le Mozambique a décidé de renforcer son arsenal dans la lutte contre le trafic d'espèces animales ou végétales protégées en aggravant les peines de prison infligées aux contrebandiers, a-t-on appris vendredi de source ministérielle.

Le Parlement a voté mercredi une série d'amendements qui prévoient de punir jusqu'à douze et seize ans de réclusion les membres de réseaux criminels impliqués dans le commerce illégal de l'ivoire, des cornes de rhinocéros ou du bois.

DeskAfrique/jlb/ms