NOUVELLES
26/11/2016 08:29 EST | Actualisé 27/11/2017 00:12 EST

Espagne/13e journée: service minimum au Real Madrid avant le clasico

Eteint sous une pluie battante, le Real Madrid s'est contenté d'un doublé de Cristiano Ronaldo face au Sporting Gijon (2-1) pour creuser l'écart en tête du Championnat d'Espagne, samedi pour la 13e journée, à une semaine du clasico face au FC Barcelone.

L'équipe de Zinédine Zidane avait-elle déjà la tête au Camp Nou ? Le Real, très remanié en l'absence de Gareth Bale (cheville) et Raphaël Varane (genou), a pris l'avantage rapidement sur un penalty de Ronaldo (5e) puis une tête plongeante de l'attaquant portugais (18e), désormais seul en tête du classement des buteurs (10 buts).

Mais plusieurs erreurs de déconcentration ont causé bien des frayeurs au stade Santiago-Bernabeu. Carlos Carmona a réduit le score sur une mauvaise relance (35e) et Gijon aurait pu égaliser sur un penalty sifflé en fin de rencontre si l'attaquant Duje Cop n'avait pas expédié sa frappe au-dessus (79e).

Au classement, cette victoire à l'économie permet tout de même au Real (1er, 33 pts) de prendre provisoirement sept longueurs d'avance sur son dauphin, le Barça (2e, 26 pts), en danger dimanche soir sur la pelouse de la Real Sociedad (5e, 22 pts).

Et le Real enchaîne un 31e match sans défaite toutes compétitions confondues, à trois longueurs du record du club (34 rencontres d'affilée).

C'est sans doute tout ce qu'on retiendra d'un match aux airs de pensum pour le Real, fatigué après ses récents efforts et comme désireux d'éviter toute blessure en vue du clasico à venir.

- Ronaldo de retour -

Certes, Cristiano Ronaldo a confirmé son retour en forme : déjà auteur d'un triplé contre l'Atletico le week-end dernier dans le derby madrilène (3-0), le Portugais a inscrit deux nouveaux buts, ses neuvième et dixième dans cette Liga.

Le triple Ballon d'Or a ouvert le score sur penalty après une faute grossière sur Lucas Vazquez (5e), et il a ensuite doublé la mise d'une tête plongeante après un centre venu de la gauche (18e).

Ravi, le stade Bernabeu s'est mis à chanter à la gloire de son héros, grand favori pour décrocher un quatrième Ballon d'Or le 13 décembre : "Balon de Oro, Cristiano Balon de Oro !".

Mais ces buts n'ont pas découragé une vaillante équipe de Gijon, qui n'a pas fermé le jeu et a eu de nombreuses occasions (1re, 3e, 11e, 29e...).

Sur une inhabituelle erreur de relance de Luka Modric, Carlos Carmona a devancé Mateo Kovacic dans la surface pour réduire la marque (35e). Beau symbole des absences du Real, pas assez agressif et trop maladroit !

Certains des joueurs qui avaient l'opportunité de marquer des points en vue du clasico n'en ont pas profité : le Colombien James Rodriguez, titulaire pour la première fois depuis un mois, a été très discret.

Quant à l'avant-centre Karim Benzema, sevré de ballons en première période, il s'est un peu secoué en seconde, avec notamment une tête à bout portant difficilement sauvée par le gardien adverse (58e). Mais il a essuyé les sifflets du stade sur certaines actions.

Zidane, lui, a eu droit aussi à une petite bronca d'incompréhension au moment de remplacer Kovacic, très bon dans l'entrejeu. Le Français a été plus inspiré en sortant Sergio Ramos, qui était menacé de suspension en cas d'avertissement.

L'essentiel était sans doute de l'emporter : le Real est désormais assuré de conserver sa première place au classement même en cas de défaite samedi prochain au Camp Nou. C'est toujours ça de pris !

jed/es