NOUVELLES
26/11/2016 05:09 EST | Actualisé 27/11/2017 00:12 EST

Erdogan à l'UE : Ankara envisage de prolonger l'état d'urgence

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a prévenu samedi l'Union européenne qu'il pourrait prolonger d'au moins trois mois l'état d'urgence instauré après une tentative de putsch en juillet.

"L'état d'urgence sera peut-être prolongé de trois mois, puis peut-être encore trois mois" à partir de janvier, a-t-il affirmé à Istanbul dans un discours véhément contre l'UE après un vote du Parlement européen demandant le gel des négociations d'adhésion de la Turquie.

"C'est une décision qui revient au gouvernement et au parlement" turcs, a ajouté M. Erdogan.

L'état d'urgence instauré après le putsch manqué du 15 juillet a conduit notamment à l'arrestation d'au moins 37.000 personnes, ce qui a soulevé l'inquiétude de l'UE.

"Est-ce le parlement européen qui décide pour ce pays ou est-ce le gouvernement ? Restez à votre place", a encore lancé le président turc.

Vendredi, s'emportant contre le vote du Parlement européen, bien qu'il soit non-contraignant, M. Erdogan a répété qu'il promulguerait le rétablissement de la peine capitale abolie en 2004 si les députés le votaient, en dépit des mises en garde des dirigeants européens qui jugent cette mesure incompatible avec une adhésion à l'UE.

Il a également menacé d'ouvrir les frontières de la Turquie pour laisser passer les migrants vers l'Europe.

L'accord entre la Turquie et l'UE, qui a permis d'assécher le flux de passages clandestins vers l'Europe, "doit être respecté et il le sera", a répondu le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, dans un entretien paru samedi dans le quotidien La Libre Belgique.

sjw/ib/cls